Coronavirus : Flybe dépose le bilan, à qui le tour ?

flybe

L’une des plus importantes compagnies aériennes britanniques à bas prix, Flybe, a subi les lourdes conséquences du Coronavirus et a déposé le bilan.

L’entreprise très populaire au Royaume-Uni, qui existe depuis près de 40 ans, était déjà mal en point et avait failli mettre la clé sous la porte en janvier. Elle avait survécu notamment grâce au coup de pouce de Boris Johnson en matière fiscale. Mais le coronavirus a porté un coup fatal à la compagnie, qui comptait près de 3.000 salariés et transportait 8 millions de passagers par an.

Alors que les entreprises annulent et reportent en masse leurs vols, certains évoquent des conséquences fatales qui pourraient toucher d’autres compagnies. La compagnie Alitalia a publié un appel à manifestation d’intérêt pour son rachat,  « les entreprises ou fonds intéressés ont jusqu’au 18 mars pour exprimer leur intérêt pour la compagnie » en difficulté et qui accumule les pertes depuis des années. La compagnie Norwegian était, quant à elle, fortement fragilisée suite aux accidents mortels en Ethiopie et en Indonésie, et pourrait éprouver davantage de difficultés à repasser au vert. Par ailleurs, la propagation de l’épidémie pourrait coûter jusqu’à 113 milliards de dollars de pertes selon IATA. Une analyse de la société spécialisée Forwardkeys révèle que les réservations en Europe ont baissé de 23.7% entre le 20 janvier et le 22 février. Fin février, la situation s’est aggravée puisque le nombre de réservations du monde vers l’Europe a chuté de 79%.

Air France-KLM et la RAM ont, quant à elles, mis en place un dispositif spécial pour aider leurs clients à gérer leurs déplacement. “Aussi, Royal Air Maroc souhaite rassurer ses clients quant à la possibilité de reporter le voyage sans frais au plus tard 72 heures avant le départ du vol. Ils ont également la possibilité d’annuler le voyage sans frais au plus tard 72 heures avant le départ du vol, en échange d’un avoir de la même valeur du billet, valable six mois et à consommer exclusivement sur les vols de la compagnie“.


La compagnie Air France – KLM pense toutefois que le coronavirus pourrait inciter davantage à la fusion des compagnies aériennes, et pourrait même conduire à la consolidation du domaine du transport aérien.