Coronavirus: La Chine appelle les marchés financiers à réagir “rationnellement”

coronavirus

La Commission chinoise de régulation des marchés financiers (CSRC) a appelé mardi les investisseurs à “analyser rationnellement” l’impact de l’épidémie de pneumonie à Coronavirus.

Les firmes financières et courtiers “doivent activement inciter les investisseurs à analyser rationnellement et objectivement l’impact de l’épidémie et à adhérer au principe d’investissement à long terme”, a insisté mardi dans une circulaire la CSRC.

Dans la même circulaire, qui vise à “préserver la stabilité et le bon ordre” des échanges, le gendarme chinois des marchés appelle par ailleurs les acteurs financiers à se préparer à conduire des transactions hors de leurs bureaux habituels en raison de l’épidémie.

Dans le même temps, la CSRC enjoint les entreprises cotées impliquées dans la fabrication de masques, tenues protectrices et matériels médicaux à “faire des plans de production corrects afin d’assurer pleinement l’approvisionnement du marché”.

→ Lire aussi : Coronavirus: Un premier rapatriement aérien de Français de Wuhan prévu jeudi


De son côté, la banque centrale chinoise (PBOC) a pris les devants pour s’efforcer de rassurer les investisseurs. L’institution injectera “un important niveau de fonds” dans le système financier le 3 février via ses opérations régulières dites de marché ouvert, a-t-elle promis dans un communiqué.

La PBOC “utilisera ses opérations d’+open market+ ainsi que d’autres outils de politique monétaire pour apporter des liquidités suffisantes en temps voulu, afin de préserver une liquidité ample et raisonnable du système bancaire”, selon le communiqué.

De son côté, le ministère des Finances a annoncé ces derniers jours l’allocation d’importants fonds destinés aux actions pour prévenir et pour contenir l’épidémie.

Les Bourses de Shanghai et Shenzhen sont actuellement fermées pour la longue période fériée du Nouvel an lunaire et leur fermeture a été prolongée jusqu’au 2 février inclus.


Un report qui s’accorde à l’extension par Pékin des congés nationaux, dans le but de retarder une affluence soudaine dans les transports et ainsi mieux endiguer les risques d’extension de l’épidémie de pneumonie virale en cours.