Coronavirus : la France entame son premier jour de déconfinement

déconfinement

La France entame ce lundi son premier jour de déconfinement, alors que l’épidémie de Coronavirus poursuit sa décrue et que la pression sur les services d’urgence hospitaliers se réduit toujours.

La veille, le pays enregistrait 70 nouveaux décès liés au Covid-19, soit le plus faible bilan quotidien depuis le début du confinement le 17 mars. Ce chiffre porte à au moins 26.380 le nombre de personnes décédées de la maladie depuis le début de l’épidémie en France.

Ainsi, après un confinement inédit de 55 jours, les Français peuvent enfin retrouver en partie leur vie normale et reprendre le chemin du travail avec obligation du port du masque dans les transports et respect des mesures de distanciation sociale.

En Ile-de-France, les routes étaient très dégagées ce lundi matin, avec seulement 34 km d’embouteillages contre 300 km à la même heure en temps normal, selon le site officiel Sytadin. En revanche, du côté des transports en commun franciliens, certaines lignes ont enregistré une grande affluence rendant difficile toute distanciation physique.

Quant aux écoles, si elles ont rouvert leurs portes malgré les craintes des parents et des syndicats d’enseignants, elles ne vont pas accueillir tous les élèves. “Près de 86%” des 50.500 écoles de France doivent rouvrir à partir de lundi, selon le ministre de l’Education nationale Jean-Michel Blanquer. Elles accueilleront “plus de 1,5 million d’enfants”, sur un total de 6,7 millions scolarisés en maternelle et élémentaire. La majorité poursuivra l’école à la maison.


Mais ce début de déconfinement a été marqué par « un couac législatif », selon les médias du pays. L’entrée en vigueur de deux dispositions phare de la loi d’état d’urgence sanitaire qui confère un cadre juridique à la levée du confinement, à savoir la limitation des déplacements à 100 km et l’attestation obligatoire dans les transports en commun, n’ayant pas pu avoir lieu.

En effet, cette loi qui devait être promulguée dimanche soir comme espéré par le gouvernement n’a pas pu l’être. Elle devra être examinée ce lundi par le Conseil constitutionnel pour qu’il donne son aval. En attendant, l’exécutif fait appel “au sens de la responsabilité des Français” pour respecter toutes les dispositions de la loi d’état d’urgence sanitaire dans l’intervalle.

Ainsi, la France a commencé à se déconfiner progressivement avec ouverture de tous les commerces à l’exception des restaurants et des cafés. Une reprise du travail destinée à relancer la machine économique mise à mal après près de deux mois de confinement. Selon l’Insee, le confinement pourraient se traduire par une perte d’au moins 6 points de croissance du PIB français en 2020.

Avec le déconfinement qui débute ce lundi, la France rentre dans “un monde nouveau” où il faudra concilier la relance de l’activité économique et la poursuite de l’endiguement de l’épidémie de Covid-19, a estimé le ministre de l’Economie Bruno Le Maire.


« Nous rentrons dans un monde qui est nouveau, dans lequel il faut que nous apprenions à conjuguer activité économique, travail et circulation du virus, et le succès de ce défi que nous avons à relever, il dépendra de chacun d’entre nous”, a affirmé le ministre dans des déclarations rapportées par les médias du pays.

Ce retour au travail et le redémarrage de nombreuses entreprises doit permettre de “remettre la France en état de marche”, mais “dans des conditions de sécurité sanitaire qui doivent être maximales”, a-t-il encore précisé.

L’exécutif français a revu récemment à la baisse ses prévisions de croissance pour 2020 à -8%, conséquence de l’impact des mesures de confinement destinées à stopper la propagation de l’épidémie.

Pour faire face à la plus grande récession qu’ait jamais connue le pays depuis 1945, le gouvernement français, qui a décidé de doubler son plan d’urgence à 110 milliards d’euros au lieu des 45 milliards initialement prévus, n’écarte pas la possibilité de le rallonger.