Coronavirus: Le Parlement européen annule provisoirement ses activités non législatives

Parlement européen

Le Parlement européen a décidé lundi d’annuler ses activités non législatives pendant trois semaines sur fond des craintes de la propagation du nouveau coronavirus Covid-19.

Toutes les activités non strictement législatives programmées ces trois prochaines semaines dans tous les bâtiments du Parlement européen sont annulées par mesure de précaution contre la propagation du coronavirus, a précisé le président de l’assemblée, David Sassoli.

M. Sassoli a confirmé, par ailleurs, le maintien de la session plénière qui débute lundi prochain à Strasbourg.

Seuls sont concernés, en effet, par l’annulation, les visites, les événements organisés par les groupes politiques ou les parlementaires, les séminaires avec participants extérieures, les événements culturels, ou encore les auditions en commission et les missions d’observation électorale.

Le Parlement européen a certaines spécificités par rapport aux autres institutions de l’UE, comme celle d’accueillir dans ses murs quelque 700.000 visiteurs par an“, a expliqué le président du Parlement européen.


L’institution législative européenne avait déjà pris ces derniers jours plusieurs mesures préventives, comme de prescrire aux membres de son personnel qui vivent ou sont passés ces derniers temps dans des zones à risque de travailler chez eux.

Le Centre européen de prévention et contrôle des maladies (CEPCM) a estimé lundi que la propagation de l’épidémie du nouveau coronavirus Covid-19 représente désormais un risque “modéré à élevé” pour les citoyens de l’Union européenne (UE) et du Royaume-Uni.

Le centre a ainsi relevé d’un cran son évaluation précédente du risque. Cette nouvelle évaluation intervient alors qu’un dernier décompte faisait état de 2.100 cas confirmés du Covid-19 en Europe, à travers 18 Etats membres, pour 38 décès, d’après les chiffres révélés par la commissaire européenne en charge de la Santé publique, Stella Kyriakides.

Bien que le risque sur le plan sanitaire soit ainsi bien réel, la Commission européenne s’est montrée rassurante, réaffirmant son appel à “ne pas céder à la panique”, tout en estimant “crucial de maintenir autant que possible la mobilité des citoyens”.