Coronavirus : L’étau se resserre sur le tourisme !

coronavirus

Au moment où le Coronavirus se propage à une vitesse inquiétante, enregistrant  depuis décembre dernier un nombre croissant de victimes,  allant ce mercredi 29 janvier jusqu’à 132 morts, la Chine a décidé de suspendre les voyages de et vers l’étranger, à partir du lundi 27 janvier. Une décision qui pourrait peser sur le marché touristique mondial, notamment, sur les compagnies aériennes. Que se passe-t-il avec cette épidémie ? Et Faut-il s’inquiéter pour l’activité touristique mondiale ?

La présence de ce nouveau virus a pour la première fois été détectée à Wuhan, la sixième ville chinoise, située dans la province de Hubei. Une ville entre autres universitaire où vivent près de 200 Marocains. Il s’agit probablement d’un virus d’origine animale, mais sa provenance n’est pas encore confirmée. L’apparition de cette épidémie a réussi, en effet, de semer la panique dans plusieurs pays du monde, notamment la France et les Etats-Unis, infectant par ailleurs plusieurs économies qui se développent grâce au tourisme.

Le Coronavirus risque-t-il  de déstabiliser l’activité touristique ?

Les bourses ont subi leur plus forte baisse, notamment en Europe et aux  Etats-Unis (-2,68% pour la bourse de Paris CAS, -2,74% pour Francfort DAX, -2,29% pour Londres FTSE). Cette tendance baissière inquiète les investisseurs, surtout qu’avec l’apparition du Coronavirus, cette épidémie risque de faire basculer gravement l’activité économique, notamment, le secteur touristique.

Avec plus de 2 millions de visiteurs par an, l’Europe représente la destination préférée des Chinois. Ces derniers font partie des plus dépensiers, juste après les Américains et les Japonais. En revanche, avec la propagation du Coronavirus, les réservations de voyages ne sont plus assurées, ainsi que pour les sites touristiques, ils sont fermés par les autorités locales jusqu’à nouvel ordre. Cela pourrait considérablement perturber le marché touristique, ainsi que l’économie chinoise, qui risque de perdre une de ses clés de voûte économique.

Il importe de signaler, à cet égard, que la Commission chinoise de régulation des marchés financiers (CSRC) vient d’appeler les investisseurs à évaluer l’impact de l’épidémie de pneumonie à Coronavirus et de ne pas céder à la panique, , mais aussi se préparer à conduire des transactions hors de leurs bureaux habituels en raison de ce virus.

Le tourisme chinois au Maroc, entre top et flop.

La même inquiétude s’exprime, tout au moins officieusement au Maroc. La  clientèle chinoise a commencé déjà à conforter sa place dans le marché touristique marocain, surtout après la suppression des visas pour les ressortissants chinois en mai 2016, séduisant plus de 300 000 visiteurs selon les dernières statistiques. Cependant, ce nouveau Coronavirus a provoqué un vent de panique chez les Marocains et une psychose auprès des commerçants. Il risque, par conséquent, d’impacter les recettes provenant de l’activité touristique chinoise.

Cette situation constitue une source d’inquiétude et suscite, en effet, plusieurs interrogations, à savoir, jusqu’à quand cette situation va-t-elle encore persister ? Le tourisme au Maroc pourrait-il être menacé dans ses fondements par ce fléau ? Si oui, que recommandent les différents acteurs du marché marocain pour réduire l’impact du ralentissement des flux touristiques ? Ces questions sont sur les lèvres des opérateurs, et certainement chez les responsables du secteur.