Coronavirus: l’UE veut garantir la continuité de la circulation des marchandises

libre-circulation-marchandises

La Commission européenne a proposé lundi une panoplie de mesures aux États membres de l’UE, afin de garantir la continuité du transport de marchandises sur tout le territoire de l’Union dans le contexte de la propagation du coronavirus.

Dans un communiqué, la Commission explique qu'”afin de garantir que les chaînes d’approvisionnement continuent de fonctionner à l’échelle de l’UE, les États membres” sont invités à désigner sans délai, sur le réseau de transport trans-européen des transports (RTE-T), tous les points de passage frontaliers internes pertinents comme points de passage pour les voies réservées”.

Selon l’exécutif européen, les points de passage frontaliers pour les voies réservées devraient être ouverts à tous les véhicules de transport de marchandises, quelles que soient les marchandises qu’ils transportent. Aussi, le franchissement de la frontière, y compris les éventuels contrôles et dépistages portant sur la santé, ne devrait pas prendre plus de 15 minutes.

Il convient également de réduire au strict nécessaire les procédures aux points de passage frontaliers pour les voies réservées et de les rationaliser au maximum, insiste la Commission, ajoutant que les opérations de contrôle et de dépistage devraient être effectuées sans que les conducteurs n’aient à quitter leur véhicule et le contrôle auquel les conducteurs eux-mêmes sont soumis devrait être réduit au minimum.

“Le réseau de transport de l’UE dessert l’ensemble de l’UE. Ces orientations visent à protéger les chaînes d’approvisionnement de l’UE dans ces circonstances difficiles et à faire en sorte que tant les travailleurs du secteur des transports que les marchandises puissent atteindre leur destination, en fonction des nécessités, sans délai”, relève la commissaire européenne chargée des transports, Adina Vălean, citée dans le communiqué.


La Commission européenne invite aussi les États membres à mettre en place des couloirs de transit sûrs pour permettre aux conducteurs et aux passagers de voitures particulières, tels que des travailleurs des secteurs de la santé et des transports, ainsi qu’aux citoyens de l’UE qui sont rapatriés, quelle que soit leur nationalité, d’avoir priorité pour la traversée directe d’un pays, dans le sens nécessaire, sur le réseau RTE-T.

Elle recommande, de même, aux États membres de faire en sorte qu’au moins un de leurs aéroports soit opérationnel pour les vols liés à des opérations de rapatriement et d’aide internationale.