Coronavirus: Réunion de l’Eurogroupe le 7 avril pour proposer une riposte économique

Mario Centeno

L’Eurogroupe, assemblée informelle rassemblant les ministres des Finances de la zone euro, se réunira le 7 avril, par visioconférence, pour proposer une riposte économique à la crise du coronavirus, a annoncé son président, Mario Centeno.

“L’Eurogroupe se réunira le 7 avril pour donner suite au mandat des dirigeants du Conseil européen et formuler des propositions visant à renforcer la réponse politique de l’UE au Covid-19”, écrit le président de l’Eurogroupe sur Twitter.

Par ailleurs, M. Centeno devrait s’entretenir mardi, également par visioconférence, avec les présidents du Conseil européen, Charles Michel, de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, et de la Banque centrale européenne (BCE), Christine Lagarde, sur les conséquences économiques de la pandémie et la manière d’y apporter une réponse globale.

Jeudi dernier, les chefs d’Etat et de gouvernement des Vingt-sept avaient donné deux semaines à l’Eurogroupe pour présenter des propositions sur la manière de répondre à la crise économique générée par la pandémie du coronavirus.

“À ce stade, nous invitons l’Eurogroupe à nous présenter des propositions dans les deux semaines. Ces propositions devraient tenir compte de la nature sans précédent du choc du COVID-19, qui touche tous nos pays”, avaient souligné les leaders européens dans une déclaration commune.


La déclaration, adoptée après six heures de discussions, ne mentionnait ni le recours au Mécanisme européen de stabilité (MES) qui pourrait octroyer une ligne de crédit aux Etats en difficulté, ce que rejette l’Italie, ni le recours à un instrument de type obligation européenne qui mutualiserait de la dette publique (“coronabonds”), écarté par les pays les plus vertueux en matière budgétaire et récalcitrants vis-à-vis d’une mutualisation du risque financier (Allemagne, Pays-Bas, Danemark, etc.).

L’Italie, l’Espagne et la France, ainsi que six autres pays de la zone euro, avaient plaidé, la semaine dernière, pour la création d’un “instrument” pour un emprunt commun aux 19 pays ayant adopté la monnaie unique, surnommé les “corona bonds”.