A LA UNECoronavirus

Covid-19: Débat sur une initiative nationale de fabrication des vaccins

L’avenir de la recherche vaccinale au Maroc a été au centre de la huitième édition de la Journée internationale de la biotechnologie médicale, tenue sous le thème “Quelle stratégie post-Covid-19: vers le développement d’un vaccin humain au Maroc?“, mardi à Rabat.

Le débat, organisé à l’initiative du laboratoire de biotechnologie médicale de Rabat, avait pour objectif principal de développer une initiative de développement et de fabrication de vaccins au Maroc, qui permettra au marché national de disposer de ces produits dans les meilleures conditions (coût et délais) et d’ériger le Royaume en un pôle biotechnologique aux plans régional et continental.

Le directeur du laboratoire de biotechnologie de la faculté de médecine et de pharmacie de Rabat, Azeddine Ibrahimi, a relevé la nécessité de développer un vaccin anti-Covid-19 au niveau des laboratoires nationaux, assurant que, malgré le coût onéreux que cela implique, le Royaume est en mesure de développer un tel médicament.

Il a mis en exergue l’importance du partenariat et de la coopération entre les scientifiques, les chercheurs et les entreprises pharmaceutiques pour concrétiser cette ambition nationale.

Il a, d’autre part, rappelé les 3 approches déployées par le Maroc pour contrer la propagation de la Covid-19, à savoir la stratégie non médicale basée sur le respect des mesures sanitaires et gestes barrières, les soins et la vaccination, dont la combinaison a permis d’atteindre progressivement les objectifs fixés pour la riposte nationale.

M. Ibrahimi n’a pas manqué de souligner le rôle central de l’approche participative et communicationnelle pour le développement de la médecine de l’avenir, en ce sens que cette dimension revêt un aspect prioritaire pour le développement de la recherche et de l’innovation médicale.

→ Lire aussi : Covid-19: La France ouvre la vaccination aux adolescents

Les citoyens ont le droit de comprendre les développements de la situation épidémiologique et les progrès en cours, a soutenu M. Ibrahimi, au cours de cette conférence semi-présentielle organisée en partenariat avec la société marocaine de médecine d’urgence et la société marocaine de réanimation, d’anesthésie et de traitement de la douleur.

La directrice du Centre national pour la recherche scientifique et technique (CNRST), Jamila El Alami, a indiqué que le Maroc possède une expérience non négligeable en matière de création de vaccins pour animaux qu’il exporte vers les pays du continent africain, ajoutant que les essais cliniques sur les humains sont plus drastiques et nécessitent plusieurs phases de test pouvant durer plusieurs années.

Pour la production du vaccin humain, l’infrastructure est onéreuse depuis les salles de cultures blanches en passant par les essais cliniques jusqu’à la production industrielle, a-t-elle expliqué, poursuivant que l’instauration d’un partenariat public-privé entre les scientifiques, médecins, industries pharmaceutiques et investisseurs est vivement recommandée.

A cet égard, Mme El Alami a mis en relief les deux programmes phares lancés conjointement avec le département de tutelle, en l’occurrence le programme de soutien à la recherche scientifique et technologique en lien avec la Covid-19, doté d’un budget de 20 millions de dirhams (MDH) et le programme d’appui à la recherche scientifique en sciences humaines, sociales et économiques en lien avec les sujets d’actualité (10 MDH).

La directrice du CNRST a souligné la responsabilité partagée par les différentes parties prenantes en vue d’intégrer la recherche scientifique et technique dans l’environnement socio-économique national et international.

De son côté, le secrétaire général du Département de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique, Mohamed Khalfaoui a souligné que la crise de Covid-19 a jeté la lumière sur la vitalité de la recherche et de l’innovation scientifique, notant que le Maroc a déployé diverses actions pour promouvoir cet effort.

La Maroc dispose d’atouts considérables pour mettre en place un écosystème médical, s’est-il félicité, relevant que loi-cadre n° 51-17 relative au système d’éducation, de formation et de recherche scientifique accorde une place de choix au développement et à la promotion de la recherche scientifique.

Cette manifestation scientifique est l’occasion de mettre en lumière la biotechnologie dans le développement et la fabrication de vaccins, à travers des interventions d’experts et de spécialistes de Corée du Sud, des États-Unis, de France, d’Égypte, d’Arabie Saoudite, du Nigéria, entre autres.

( Avec MAP )

Articles similaires

Laisser un commentaire

Bouton retour en haut de la page