Covid-19/Europe : l’épineuse question du déconfinement se pose

Alors que plusieurs pays atteignent le pic de l’épidémie comme l’Italie, la France ou l’Espagne et que d’autres s’en rapprochent comme les Etats-Unis, l’heure est à l’anticipation et à la recherche d’une stratégie de sortie de confinement.

Pour un déconfinement progressif 

La question du déconfinement est très complexe et nécessite de prendre en considération plusieurs inconnues, telles que l’éventuelle sortie d’un vaccin, une deuxième vague de propagation, ou encore la question de l’immunité de groupe.

A travers les différentes interventions de responsables politiques, en France comme dans d’autres pays, l’approche privilégiée et la plus prudente semble être celle d’un déconfinement effectué de façon progressive et non « total et pour tous » selon les propos d’Edouard Philippe, lors de l’audition à l’Assemblée nationale. Plusieurs hypothèses sont donc envisagées.

On évoque alors une sortie de confinement destinée, en premier lieu, aux personnes les moins vulnérables, à savoir les plus jeunes, pour permettre une relance de l’économie au plus tôt et protéger les plus fragiles. Est évoquée également une sortie de confinement par région (soit les plus touchées, soit les moins touchées).


Si la piste du déconfinement progressif est toujours en réflexion, il semble certain à ce jour, qu’un déconfinement total soit très peu probable, notamment en raison de l’immunité collective. Par ailleurs, les européens prennent en exemple les pays asiatiques, notamment la Chine, qui a dû remettre en quarantaine certaines villes à cause d’une deuxième vague de propagation du virus.

La question de l’immunisation collective quant à elle, pose un certain nombre de questions éthiques et un risque énorme. Cette stratégie visant à immuniser un grand nombre de la population via la contamination pour éviter une nouvelle vague est bien trop dangereuse et pourrait mettre des millions de vies en danger. Néanmoins, déconfiner une population qui n’a jamais été infectée peut se révéler tout aussi risqué. La question est épineuse et aucun paramètre ne doit être négligé.

“Parler de déconfinement dans ces conditions est une erreur grave”

En effet, évoquer ouvertement le sujet du déconfinement peut s’avérer être une arme à double tranchant en matière de communication. Car, certes, en parler permet de redonner espoir aux populations enfermées, depuis maintenant plusieurs semaines, mais peut aussi, à l’inverse, provoquer un relâchement du respect des règles de confinement comme cela a été le cas ces 2,3 derniers jours en France. Lors de son intervention sur Europe 1, Eric Ciotti, député LR a déclaré que la question a été abordée « trop vite, trop tôt, et de façon trop imprudente ». « Je suis étonné que l’on multiplie des messages positifs alors que les bilans dépassent les 500 morts quotidiens, on n’est pas prêt pour ce déconfinement ». Certaines personnes se servent du beau temps comme prétexte pour enfreindre les règles et se rendre dans des zones touristiques, ce qui est complètement insensé.


Si la question est encore en réflexion, une chose est sûre, l’application de tests généralisés et fiables (sérologiques) est indispensable pour envisager toute sortie de confinement.