Covid-19: L’aéroport de Heathrow revendique un plan d’urgence

plan d'urgence

L’aéroport International de Londres Heathrow a appelé le gouvernement britannique à établir un plan d’urgence clair pour sauver la situation du secteur, après l’annonce par le Premier ministre Boris Johnson d’une mise en quarantaine de tous les voyageurs entrant au Royaume-Uni, pendant deux semaines.

Dans un communiqué, l’aéroport estime que le plan de quarantaine envisagé par le gouvernement fermerait effectivement les frontières du Royaume-Uni, et entraînerait une baisse encore plus importante du nombre de passagers, qui en avril était de 200.000, soit le même nombre qui traversait généralement Heathrow en une journée.

“Le gouvernement doit établir de toute urgence une feuille de route sur la façon dont il rouvrira les frontières une fois la maladie vaincue, et prendre immédiatement l’initiative de convenir d’une norme internationale commune pour la santé dans l’aviation qui permettra aux passagers qui ne sont pas infectés de voyager librement”, a souligné John Holland-Kaye, directeur général de Heathrow, cité par le communiqué.

M. Holland-Kaye avait déjà averti que Heathrow serait contraint de supprimer des milliers d’emplois si le gouvernement ne présente pas un “plan de sauvetage clair”.

Le trafic à Heathrow, aéroport le plus fréquenté d’Europe, a diminué de 97% en avril par rapport à la même période l’année dernière, suite à l’interdiction de tout voyage non essentiel des Britanniques à l’étranger, en plus de la fermeture des frontières dans de nombreux pays du monde. Les quelques vols qui ont atterri à Heathrow récemment ont été principalement dédiés au rapatriement des Britanniques bloqués à l’étranger.


La baisse du nombre de passagers a secoué toute l’industrie aéronautique, avec des dizaines de milliers de suppressions d’emplois prévues chez de grands transporteurs tels que British Airways, Ryanair et Virgin Atlantic.

Les patrons des compagnies aériennes et du tourisme avaient déjà mis en garde que le plan de quarantaine de 14 jours serait un “cauchemar” pour l’industrie du voyage si les touristes et les voyageurs d’affaires étaient obligés de rester au même endroit pendant deux semaines à leur arrivée au Royaume-Uni.

Contrairement à de nombreux autres pays, le Royaume-Uni n’a imposé aucune condition aux arrivées de l’étranger, mais Heathrow a décidé unilatéralement la semaine dernière de vérifier la température des passagers pour détecter les signes de fièvre, qui seraient liés à la pandémie de coronavirus.