A LA UNECoronavirus

Covid-19: L’amélioration des indicateurs favorise la vaccination des soignants

L’amélioration de la situation épidémiologique au Maroc favorise le bon déroulement de la campagne nationale de vaccination contre le nouveau coronavirus (covid-19) dans les rangs du personnel soignant, s’est réjoui le Dr. Moulay Saïd Afif, président de la Société marocaine des sciences médicales (SMSM).

Le développement positif des indicateurs au Maroc “permet au personnel de santé de se faire vacciner de manière calme et de ne pas être perturbé par l’augmentation du nombre des contaminations, comme ce qui a été vécu, à titre d’exemple, en Angleterre”, a expliqué le Dr. Afif dans une déclaration à la MAP.

Pour preuve, il a évoqué le cas des médecins privés, des pharmaciens et des chirurgiens dentistes de Casablanca, où plus de 3.300 professionnel de ces corps ont été vaccinés en trois jours, ce qui représente 60% du personnel soignant âgé de plus de 40 ans, d’après les chiffres fournis par le Conseil régional de l’ordre des médecins.

“Grâce au respect des citoyens des mesures de protection et aux décisions prises par l’État, le nombre de nouveaux cas a commencé à diminuer”, s’est félicité ce pédiatre très investi sur les questions de vaccination en tant que président du réseau Infovac Maroc.

“Et ce qui est plus important, c’est que même s’il y a une baisse des tests PCR effectués, le taux de positivité est passé de 25 à 10% et dernièrement à 6%, alors que le nombre de cas en réanimation a diminué de façon importante plus de 1.100 à moins de 700 cas, outre le recul du nombre de décès”, a-t-il argumenté.

Pour ce qui des effets secondaires des vaccins, le président de la FMSM a relevé qu’il s’agit, pour la plupart des cas, de douleurs au point d’injection, de courbatures et de “petits frissons” nécessitant une prise de paracétamol, relevant que ces effets “disparaissent généralement le lendemain de l’injection”.

Et de soutenir: “Il y avait deux cas qui ont été jugulés sur place. Un cas de choc anaphylactique, mais tout s’est bien passé et quelques heures plus tard, la personne est rentrée chez elle. Le second cas était celui de palpitations”.

Mis à part cela, sur les 3.300 médecins vaccinés à Casablanca, “il y a eu des effets secondaires minimes”, a rassuré M. Afif, faisant savoir qu’avant la vaccination, un médecin effectue un interrogatoire pour parer à tout éventuel problème et, après l’injection, les personnes doivent rester 15 minutes dans la salle d’attentes, avant de rentrer chez elles.

“Notre pays a fait un choix judicieux en optant pour deux vaccins qui sont bien tolérés et efficaces et qui peuvent être conservés dans des températures entre 2 et 8 degrés, ce qui facilite la logistique. C’est pour cela que nous disposons de 3.047 points de vaccinations fixes et presque 10.000 points de vaccinations mobiles”, a-t-il fait valoir.

Les équipes mobiles vont commencer à travailler dans les régions éloignées et les Marocains seront vaccinés de Tanger à Lagouira sans aucun problème, a-t-il insisté. “Notre pays dispose d’une grande expérience en la matière, puisqu’il y a quelques années, nous avons vacciné 11 millions de personnes en l’espace de deux mois”.

“Nous tenons, en tant que personnel de santé, à remercier Sa Majesté le Roi qui a donné le début de la campagne nationale de vaccination contre le Covid-19, en se vaccinant jeudi dernier. Cela a donné une grande dimension à cette campagne qui a été suivie par les personnels médical, sécuritaire, de l’éducation nationale avec ses différents âges et puis les sujets de plus de 75 ans”, a souligné le Dr. Afif.

Et de conclure: “Nous avons vacciné plus de 200.000 personnes en l’espace de trois jours. C’est très important par rapport à ce qu’on a vu dans d’autres pays comme la France, l’Italie, etc.”.

Avec MAP

Articles similaires

Laisser un commentaire

Bouton retour en haut de la page