A LA UNESanté

Covid-19 : le traitement des cancers des enfants africains particulièrement affecté par la pandémie

Les programmes de dépistage et de traitement des cancers sur le continent africain, en particulier chez l’enfant, ont été particulièrement touchés par la pandémie de Covid-19, souligne une enquête de l’Organisation mondiale de la santé (OMS).

Les mesures drastiques de prévention adoptées depuis le début de la pandémie de Covid-19 en Afrique et l’attention accrue portée par le personnel de santé des pays à la lutte contre le virus ont considérablement perturbé la prestation d’autres services de santé essentiels dans la région, relève l’étude, notant que si les services courants reprennent peu à peu, beaucoup ne sont pas encore totalement rétablis.

« Selon nos estimations, en 2020, plus de 28.000 enfants sont décédés d’un cancer en Afrique subsaharienne », estime le Dr Jean-Marie Dangou, coordonnateur du Programme de gestion des maladies non transmissibles au Bureau régional de l’OMS pour l’Afrique, cité par l’étude.

« C’est une situation très déplorable, car les cancers de l’enfant sont curables à condition d’être détectés à un stade précoce et que l’enfant bénéficie d’une prise en charge complète », ajoute-t-il.

→ Lire aussi : L’OMS lancera des essais cliniques pour tester trois médicaments anti-Covid

Une enquête menée par l’OMS, de janvier à mars 2021, sur la continuité des services de santé essentiels dans la région africaine pendant la pandémie a révélé un taux moyen de perturbation estimé à 43%.

Les programmes de dépistage et de traitement des cancers, en particulier chez l’enfant, ont été particulièrement touchés. En tout, 46% des pays ont noté une baisse de régime en matière de dépistage des cancers, tandis que 13% des pays ont signalé des perturbations atteignant un taux de 50%, selon l’agence de l’ONU.

Les estimations indiquent que le taux de survie du cancer de l’enfant en Afrique subsaharienne est de 20% à peine. Dans les pays à revenu élevé, où des services complets sont généralement accessibles, plus de 80% des enfants atteints de cancer sont guéris, rappelle l’OMS.

D’après la même source, un diagnostic précoce améliore les chances de survie. Lorsque le cancer est détecté à un stade précoce chez l’enfant, le traitement de la maladie a de meilleures chances de réussir et la probabilité de survie s’en trouve accrue, note l’OMS. Dans de telles conditions, l’enfant est sujet à moins de souffrance et peut bénéficier d’un traitement moins coûteux et moins intensif. Des améliorations notables peuvent être apportées à la vie des enfants atteints de cancer si le dépistage est fait à un stade précoce et que les retards de prise en charge du patient sont évités, selon les auteurs de l’étude.

Et de poursuivre : La perte de vitesse induite par la pandémie de Covid-19 en matière de dépistage et de traitement des cancers est susceptible d’entraîner des retards de diagnostic et de traitement, ce qui aura pour effet d’accroître la pression sur les ressources médicales déjà limitées du continent, et de causer une augmentation notable du nombre de décès évitables dus au cancer.

Pendant la pandémie, divers facteurs ont contribué au recul des initiatives de dépistage et de traitement du cancer. Le manque de personnel médical (car nombre d’entre eux ont été réaffectés à la lutte contre la Covid-19) a affecté les services de lutte contre le cancer, avec notamment 72% des pays ayant signalé une baisse de personnel, ajoute l’OMS.

( Avec MAP )

Articles similaires

Laisser un commentaire

Bouton retour en haut de la page