A LA UNESociété

Covid-19 : Les Marocains divisés sur les causes de la pandémie

Par Mouhamet NDIONGUE

Phénomène naturel, épreuve divine, complot… les Marocains restent divisés sur les origines de la pandémie du coronavirus. Pour autant, la majeure partie de la population accepte les mesures prises par le gouvernement avant de se rétracter peu à peu.

3,8% des Marocains considèrent la pandémie du coronavirus comme une épreuve divine, 21% pensent qu’il s’agit d’un complot de l’industrie pharmaceutique.

Quelque 14% pensent que le coronavirus a une origine naturelle et 8,1% pensent qu’il est d’origine animale, selon une étude de l’Université Mohammed ben Abdullah de Fès, récemment publiée par le Conseil arabe des sciences sociales.

L’étude vise à jeter la lumière sur la perception sociale des mesures coronavirus et son impact sur la vie quotidienne des Marocains. Juste après l’épidémie du coronavirus, en mars 2020, plus des deux tiers des personnes interrogées ont accepté l’approche du gouvernement en matière de couronne, mais après la deuxième vague, ce nombre est tombé à moins de 44%.

→Lire aussi : Covid-19 : Omicron reste un virus dangereux, affirme l’OMS

La recherche montre que de nombreuses personnes comprennent la série de mesures corona, mais qu’il existe de grandes différences dans le taux d’acceptation mutuelle. Par exemple, 76% sont d’accord sur les aides d’État et les mesures de solidarité pour aider les nécessiteux et les vulnérables, 68% conviennent que les règles de quarantaine sont justifiées et 64% sont d’accord avec la fermeture des frontières.

Cependant, le taux d’acceptation chute drastiquement avec des mesures telles que l’urgence légale (36,6 %), le couvre-feu, les points de contrôle associés (36 %) et la présence des militaires dans la rue (20 %).

De plus, la volonté de se conformer à la réglementation due à la pandémie diminue à mesure que la pandémie se poursuit. Par exemple, lors du confinement, plus des deux tiers des personnes interrogées se sont conformées à la quarantaine obligatoire, 71% portaient un masque et 69% n’ont pas serré la main lors de la salutation. De plus, 60% des personnes interrogées ont évité les grands groupes de personnes et 56% ont adhéré à la règle du mètre et demi.

Lors de la deuxième restriction, il était déjà évident que moins de personnes se conformaient aux réglementations. Par exemple, seulement 34 pour cent ont évité la foule et 33 pour cent ont toujours adhéré à la règle d’un mètre et demi.

Les gens étaient également plus susceptibles d’adhérer aux mesures de prévention individuelles telles que se laver les mains régulièrement (88,7%) et être cohérents dans le port du masque (85,4%).

Articles similaires

Laisser un commentaire

Bouton retour en haut de la page