Covid-19: l’essentiel du plan de relance de l’UE présenté par la Commission européenne

Commission européenne

Voici l’essentiel du plan de relance de 750 milliards d’euros présenté mercredi par la Commission européenne pour stimuler la reprise et la résilience de l’UE face à la pandémie du coronavirus :

– Soutenir les États membres en matière d’investissements et de réformes à travers notamment une nouvelle facilité pour la reprise et la résilience d’un montant de 560 milliards d’euros qui apportera un soutien financier pour les investissements et les réformes.

– Apporter un complément de 55 milliards d’euros pour les programmes actuels de la politique de cohésion de l’UE entre 2020 et 2022 qui sera réparti en fonction de la gravité des effets socio-économiques de la crise, notamment le taux de chômage des jeunes et la prospérité relative des États membres.

– Renforcer de 15 milliards d’euros le Fonds européen agricole pour le développement rural afin d’aider les zones rurales à effectuer les changements structurels nécessaires conformément au pacte vert pour l’Europe et à réaliser les objectifs ambitieux conformément à la nouvelle stratégie en faveur de la biodiversité.

– Relancer l’économie de l’Union européenne en attirant des investissements privés.


– Créer un nouvel instrument de soutien à la solvabilité de 31 milliards d’euros qui mobilisera des ressources privées afin d’apporter un soutien d’urgence à des entreprises européennes viables dans les secteurs, régions et pays les plus touchés.

– Mettre en place une nouvelle Facilité d’investissement stratégique intégrée dans le programme “InvestEU” afin de générer des investissements allant jusqu’à 150 milliards d’euros destinés à stimuler la résilience des secteurs stratégiques, notamment ceux liés aux transitions écologique et numérique, et des chaînes de valeur clés du marché intérieur.

– Élaborer un nouveau programme pour la santé intitulé “L’UE pour la santé” et doté d’un budget de 9,4 milliards d’euros, afin de renforcer la sécurité sanitaire en Europe et de se préparer à des crises sanitaires futures.

– Renforcer le financement des activités de recherche essentielles dans les domaines de la santé, de la résilience et des transitions écologique et numérique.