Covid-19: L’ONU réitère l’appel à lutter contre les informations fausses et trompeuses

L'ONU

Des agences des Nations-Unies ont exhorté mercredi les Etats membres à lutter contre les informations fausses et trompeuses sur la Covid-19, à l’occasion d’une réunion virtuelle organisée par l’Organisation mondiale de la santé (OMS) en marge du débat général annuel de l’Assemblée générale.

« La Covid-19 n’est pas seulement une urgence de santé publique – c’est aussi une urgence de communication », a déclaré le Secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, dans un message vidéo diffusé lors de cette réunion tenue sous le thème « Gestion de l’infodémie: promouvoir des comportements sains à l’époque de la Covid-19 et atténuer les dommages causés par la mésinformation et la désinformation».

«Dès que le virus s’est propagé à travers le monde, des messages inexacts et même dangereux ont proliféré de manière extravagante sur les réseaux sociaux, laissant les gens confus, induits en erreur et mal conseillés», a rappelé le chef de l’ONU.

Selon lui, l’antidote consiste à faire en sorte que les faits et les conseils de santé fondés sur la science circulent encore plus rapidement et atteignent les gens partout où ils accèdent à l’information. « Cela sera particulièrement critique alors que nous nous efforçons de renforcer la confiance du public dans la sécurité et l’efficacité des futurs vaccins contre la Covid-19 », a souligné M. Guterres.

Dans un communiqué conjoint, l’OMS, l’ONU, le Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD), le Fond des Nations-Unies pour l’enfance (UNICEF), l’Organisation des Nations Unies pour l’éducation, la science et la culture (UNESCO), ONUSIDA, l’Union internationale des télécommunications (UIT), l’initiative Global Pulse des Nations Unies, et la Fédération internationale des Sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge (FICR), ont appelé les Etats membres à lutter activement contre la désinformation et la mésinformation.


« Nous appelons les États membres à élaborer et à mettre en œuvre des plans d’action pour gérer l’infodémie en favorisant la diffusion en temps utile d’informations exactes, fondées sur des données scientifiques et factuelles, à toutes les communautés, et en particulier aux groupes à haut risque ; et à prévenir la propagation et à combattre la mésinformation et la désinformation tout en respectant la liberté d’expression », déclarent-ils.

« Nous exhortons les États membres à s’engager et à écouter leurs communautés dans l’élaboration de leurs plans d’action nationaux, et à donner aux communautés les moyens de développer des solutions et de la résilience contre la mésinformation et la désinformation», ajoutent-ils.