Covid-19: l’UE conclut les discussions avec Sanofi pour l’achat de doses d’un potentiel vaccin

Commission européenne

La Commission européenne a annoncé vendredi avoir conclu des discussions exploratoires avec l’entreprise pharmaceutique “Sanofi” en vue de l’achat de 300 millions de doses d’un vaccin potentiel contre le Covid-19 au nom des 27 États membres.

“Le contrat envisagé avec Sanofi donnerait à tous les États membres de l’UE une option d’achat pour le vaccin. Aux termes du contrat, la Commission disposerait, dès lors que l’innocuité et l’efficacité du vaccin contre le Covid-19 auront été démontrées, d’un cadre contractuel pour l’achat de 300 millions de doses au nom de tous les États membres de l’UE”, indique l’exécutif européen dans un communiqué.

La Commission relève, par ailleurs, qu’elle poursuit des discussions approfondies avec d’autres fabricants de vaccins.

“La Commission européenne fait tout ce qui est en son pouvoir pour garantir que les Européens aient rapidement accès à un vaccin sûr qui les protège contre le coronavirus. L’importante étape franchie aujourd’hui avec Sanofi est la première d’une stratégie européenne bien plus large en matière de vaccins. D’autres étapes suivront bientôt”, a souligné la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, citée dans le communiqué.

“Nous menons actuellement des discussions approfondies avec plusieurs autres sociétés. Alors que nous ne savons pas aujourd’hui quel vaccin sera finalement le plus efficace, l’Europe investit dans un portefeuille diversifié de vaccins prometteurs, fondés sur différents types de technologies. Cela accroît nos chances d’obtenir rapidement un remède efficace contre le virus”, a ajouté Mme von der Leyen.


L’exécutif européen affirme également être disposé à étudier avec des partenaires internationaux si un nombre important de pays accepterait de mettre en commun des ressources pour réserver conjointement des vaccins auprès d’entreprises, non seulement pour leur usage propre mais également pour celui de pays à revenu faible ou intermédiaire.

“Les pays à revenu élevé pourraient agir comme un groupe d’acheteurs international inclusif, accélérant ainsi la mise au point de vaccins sûrs et efficaces, et maximisant les possibilités d’accès à ces vaccins pour tous ceux qui en ont besoin dans le monde”, précise-t-on.