Covid-19: l’UE intensifie son action pour faire face à la deuxième vague

l'UE

La Commission européenne a lancé mercredi une série d’actions supplémentaires visant à renforcer les mesures de préparation et de réaction de l’UE face à la deuxième vague de l’épidémie de Covid-19.

“Le taux d’infection par le coronavirus a augmenté de manière alarmante dans toute l’Europe au cours des dernières semaines et de nouvelles mesures ont été prises pour limiter la propagation du coronavirus et en atténuer les effets. (…) Bien que la préparation et la coopération entre les États membres se soient améliorées depuis le début de la pandémie, la coordination demeure essentielle et doit être renforcée”, insiste la Commission dans un communiqué.

Les actions présentées par l’exécutif européen ont ainsi pour objectifs “de limiter la propagation du coronavirus, de sauver des vies et de renforcer la résilience du marché intérieur”, souligne la même source.

“Concrètement, les mesures visent à mieux comprendre la propagation du virus et l’efficacité de la réaction de l’UE à monter en puissance en matière de dépistage ciblé, à renforcer la recherche des contacts, à améliorer les préparatifs en vue des campagnes de vaccination, ainsi qu’à préserver l’accès aux fournitures essentielles telles que le matériel de vaccination, tout en maintenant la circulation de l’ensemble des marchandises dans le marché unique et en facilitant les déplacements en toute sécurité”, précise-t-on.

Parmi ces actions, figure l’amélioration du flux d’informations afin de permettre une prise de décisions “éclairée”, explique la Commission. Il s’agit ainsi de garantir une information précise, complète et comparable en temps utile sur les données épidémiologiques ainsi que sur le dépistage, la recherche des contacts et la veille sanitaire pour surveiller la propagation du coronavirus au niveau régional et au niveau national.


Afin d’améliorer le partage des données à l’échelle de l’UE, la Commission appelle les États membres à lui fournir, ainsi qu’au Centre européen de prévention et de contrôle des maladies (ECDC), toutes les données pertinentes.

L’accent est également mis sur la nécessité de garantir un dépistage plus efficace et plus rapide afin ralentir la propagation du virus. L’exécutif européen appelle ainsi es États membres à présenter des stratégies nationales de dépistage d’ici mi-novembre.

Pour pouvoir acquérir directement des tests rapides de détection d’antigènes et les fournir aux États membres, la Commission décide de mobiliser 100 millions d’euros au titre de l’instrument d’aide d’urgence.

L’exécutif européen préconise, par ailleurs, une utilisation généralisée des applications de recherche de contacts et d’alerte au-delà des frontières afin de briser les chaînes de transmission. À ce jour, relève-t-on, les États membres ont mis au point 19 applications nationales de recherche de contacts et d’alerte, qui ont été téléchargées par 52 millions de personnes. En outre, la Commission européenne a lancé, récemment, une solution permettant l’interconnexion des applications nationales dans l’ensemble de l’UE grâce à une passerelle européenne d’interconnexion («European Federation Gateway Service»).


La Commission insiste, par ailleurs, sur la nécessité de garantir la disponibilité des médicaments et du matériel médical essentiels.

Afin de donner aux États membres un accès qui soit à la fois meilleur et moins onéreux aux outils nécessaires à la prévention, à la détection et au traitement du Covid-19, l’exécutif européen a décidé de la suspension temporaire des droits de douane et de la TVA sur les importations de matériel médical en provenance de pays tiers.

La Commission européenne propose aussi que les hôpitaux et les médecins ne soient pas tenus de payer la TVA sur les vaccins et les kits de dépistage utilisés dans la lutte contre le coronavirus.

( Avec MAP )