Covid-19: l’UE met en service un système “passerelle” d’interopérabilité des applications de traçage

La Commission européenne a mis en place lundi, à l’invitation des États membres de l’UE, un système “passerelle” visant à garantir l’interopérabilité à l’échelle de l’UE des applications de traçage des contacts, dans le but “de briser la chaîne des infections dues au coronavirus par-delà les frontières et de sauver des vies”.

Après une phase pilote “réussie”, le système se déploie désormais avec une première vague d’applications nationales désormais interconnectées par l’intermédiaire de ce service: “Corona-Warn-App” en Allemagne, “COVID tracker” en Irlande et “immuni” en Italie, précise la Commission dans un communiqué.

Selon l’exécutif européen, ces applications ont été téléchargées, au total par environ 30 millions de personnes, ce qui correspond aux deux tiers de tous les téléchargements d’applications dans l’UE.

Le système “passerelle” permet aux applications de fonctionner sans discontinuité par-delà les frontières, tandis que les utilisateurs n’ont besoin d’installer qu’une seule application, souligne la Commission.


Lorsqu’ils se rendront dans un autre pays européen participant, les utilisateurs “continueront de bénéficier du traçage des contacts et de la réception des alertes, que ce soit dans leur pays d’origine ou à l’étranger”, relève-t-on.

“Les applications de traçage et d’alerte peuvent compléter efficacement d’autres mesures telles que l’accroissement du dépistage et le traçage manuel des contacts. Alors que le nombre de cas repart à la hausse, ces applications peuvent jouer un rôle important pour nous aider à briser les chaînes de transmission. Ces applications constituent des outils encore plus performants lorsqu’elles fonctionnent par-delà les frontières”, a déclaré Stella Kyriakides, commissaire européenne à la santé et à la sécurité alimentaire, citée dans le communiqué.

“La mise en service aujourd’hui du système de passerelle est une étape importante de notre travail, et j’invite les citoyens à utiliser ces applications pour contribuer à la protection mutuelle”, a-t-elle ajouté.

D’après la Commission européenne, au total, 20 applications basées sur des systèmes décentralisés peuvent être interopérables via le service de passerelle dans l’UE. Elles peuvent être connectées à la passerelle suivant un protocole qui prévoit plusieurs tests et vérifications, et après que chaque application a été mise à jour.


Avec MAP