Covid-19: Plus de 100.000 membres d’équipages toujours bloqués sur des bateaux de croisières

bateaux de croisières

Deux mois après le coup d’arrêt de l’industrie des croisières en raison de la pandémie du coronavirus, plus de 100.000 membres d’équipages restent toujours bloqués sur les navires sans aucune issue prévisible, rapporte le quotidien américain Miami Herald.

Alors que la plupart des passagers ont pu quitter les navires de croisière début avril, les membres des équipages sont restés largement bloqués à bord, indique le journal qui s’alarme de l’accélération de la propagation du virus sur ces navires.

Au moins 578 membres d’équipage ont contracté le COVID-19 en mer et sept sont morts, selon la même source. Au moins deux membres d’équipage ont trouvé la mort en passant par dessus bord dans ce qui s’apparente à des suicides, indique le quotidien de la ville de Miami considérée comme leader mondial du marché de la croisière de masse. Le 10 mai, un membre d’équipage ukrainien de 39 ans à bord du navire Regal Princess est décédé après avoir sauté par-dessus bord alors que le navire était ancré au large de Rotterdam, aux Pays-Bas. Fin avril, un autre membre d’équipage a sauté du navire Jewel of the Seas de Royal Caribbean alors qu’il se trouvait près de la Grèce. Son corps n’a jamais été retrouvé.

“Personne n’imaginait probablement que la situation deviendrait si désastreuse”, écrit le Herald, notant que lorsque les compagnies de croisière ont cessé leurs activités le 13 mars, elles s’attendaient à annuler les croisières pour seulement 30 jours et espéraient que la crise allait vite passer comme ce fut le cas pendant la pandémie de SRAS en 2002.

Certains membres d’équipage ont été renvoyés chez eux en mars tandis que de nouveaux membres d’équipage ont été recrutés, fait savoir le quotidien.


Mais le 9 avril, le Centre de contrôle et de prévention des maladies (CDC) des États-Unis a interdit les croisières dans les eaux américaines jusqu’à fin juillet au minimum, citant l’épidémie en cours parmi les équipages restés sur les navires.

Le CDC a mis en place de nouvelles règles limitant le rapatriement vers le transport privé et obligeant les cadres des bateaux de croisière à signer des accords juridiques garantissant le respect des règles de santé de l’agence. Certains pays, dont Haïti et les Philippines, exigent que les membres d’équipage soient testés avant de pouvoir rentrer. D’autres, comme la Grenade, veulent que les compagnies de croisière prend en charge une quarantaine terrestre une fois que les membres d’équipage sont débarqués.

Une telle situation est “totalement nouvelle pour tout le monde”, a déclaré Teijo Niemela, rédacteur en chef du Cruise Business Magazine. “Il n’y a pas de guide pour une telle situation.” “Certains membres d’équipage ont passé des jours dans de petites pièces sans fenêtre et sans aucune information sur quand ils rentreront chez eux alors que leurs navires flottent dans et hors des ports américains”, indique le Miami Herald.