Covid-19 : Quid des réfugiés et des migrants?

Oxfam

Plus de 200 personnes vivent actuellement dans des camps de réfugiés, partagent un seul robinet d’eau, et disposent au mieux d’un mètre carré d’espace par personne, c’est ce qu’a révélé l’OXFAM dans un communiqué.

Cette situation de crise rend le processus de confinement contre le coronavirus extrêmement difficile. De plus, ce virus pourrait être catastrophique pour les personnes vivant dans des zones de conflits, comme la Syrie, le Yémen,…, et pour les personnes qui souffrent de maladies comme le choléra.

Les normes relatives aux camps de réfugiés répondant aux crises humanitaires, n’ont pas été conçues pour faire face à une pandémie mondiale. Les directives de l’OMS stipulent que les personnes doivent être à au moins 1 mètre de toute personne qui tousse ou éternue, se laver les mains fréquemment et consulter un médecin dès l’apparition des symptômes pour éviter de propager le virus Corona. Alors que de centaines de personnes dans les camps sont obligées de rester sous le même toit.

« Le camp de Moria à l’île de Lesbos, qui a été installé pour abriter 3000 personnes, héberge maintenant près de 20.000 personnes, plus de 100 personnes sont obligées d’utiliser les mêmes toilettes non nettoyées. Dans certaines zones, 325 personnes partagent un seul robinet d’eau et n’ont pas de savon pour se laver les mains. 15 à 20 personnes sont obligées de vivre dans un seul conteneur d’expédition, ou dans des tentes ou des abris temporaires », a indiqué la même source.

« Le nombre de contamination et de décès dans le monde augmente rapidement. Cela ne sera que la partie émergée de l’iceberg alors que le virus se propage dans les sociétés les plus vulnérables du monde », a déclaré la responsable des mesures de secours de Corona à Oxfam, Marta Valdes Garcia.


« Des millions de personnes dans des pays comme l’Afrique centrale, du Sud et de l’Est souffrent déjà de pénuries alimentaires chroniques et aiguës. La maladie – et toutes les restrictions nécessaires pour y faire face – feront plus de mal, ce qui mettra leur sécurité alimentaire, leurs emplois et leurs moyens de subsistance en danger », a poursuivi Marta Valdes Garcia.

Par ailleurs, les femmes sont généralement les plus touchées pendant les crises. Elles sont les plus susceptibles d’être infectées par le virus, puisqu’elles font la plupart des travaux de soins. Dans ce cadre, Oxfam est préoccupée par la menace de violence basée sur le genre, car les familles sont obligées de rester à la maison avec la fermeture des centres et réseaux de soutien.

En outre, la Confédération internationale renforce également ses actions pour aider la population des pays les plus pauvres à gagner leur vie et à nourrir leur famille si le virus frappe ces régions.

Ainsi, Garcia a affirmé que « La communauté internationale doit mobiliser des ressources massives pour aider les pays en développement à lutter contre le virus, si nous voulons nier Notre promesse que “personne ne sera en sécurité tant que nous ne serons pas tous en sécurité” ».