Covid: Air France table sur une reprise au printemps

Air France

La directrice générale d’Air France, Anne Rigail, a indiqué que la compagnie, fortement impactée par la crise due à la pandémie du Covid-19 et la chute du trafic aérien, mise sur une reprise au printemps prochain.

“Nous comptons toujours sur une reprise au courant du deuxième trimestre”, notamment dans le contexte du lancement de la campagne de vaccination en Europe et dans plusieurs pays de par le monde, a déclaré Mme Rigail, dans un entretien publié jeudi par le quotidien “La Tribune”.

Elle a toutefois estimé qu’il était “encore un peu tôt” pour constater l’impact de ces mesures sur les réservations ou sur les comportements des clients, soulignant que l’autre question est de “savoir si l’on verra un effet dès cet été ou s’il faudra encore attendre”.

Elle a rappelé à cet égard que chaque sortie de confinement ou éclaircie de la situation sanitaire se traduisait par une reprise “très forte” des voyages à vocation loisir et affinitaire, “deux sources de trafic très résilientes” pour le transporteur aérien français.

Ce fut le cas l’été dernier où Air France a réussi à assurer 35 à 40% de son programme, mais aussi pendant les fêtes de fin d’année, a-t-elle expliqué, faisant observer que depuis le début de cette crise, les cycles d’activité dépendent des restrictions sanitaires et de la demande.


“Nous sommes très agiles pour ajuster notre programme, comme nous l’avons montré au quatrième trimestre 2020. Par rapport au début de la crise, nous arrivons à “variabiliser” de mieux en mieux nos coûts en fonction de l’activité”, a-t-elle dit, en notant que désormais 60 à 70% des coûts sont variables.

Air France, qui fait partie du groupe Air France-KLM, a dû être maintenue à flot grâce à une aide d’urgence de l’Etat. KLM a obtenu au printemps dernier une aide de 3,4 milliards d’euros de l’État néerlandais, dont 2,4 milliards de garantie, alors qu’Air France a reçu 7 milliards d’euros, dont 4 milliards de prêts garantis.

Toutefois, ces aides apportées par les États français et néerlandais à Air France-KLM permettront au groupe “de tenir moins de 12 mois”, avait estimé son directeur général, Benjamin Smith.

La direction d’Air France-KLM a engagé un plan de “reconstruction” du groupe après la crise du Covid-19 qui passera par la suppression de 7.580 postes chez Air France d’ici à la fin 2022 et jusqu’à 5.000 chez KLM.


( Avec MAP )