Crash en Iran: Ottawa exige la remise des boites noires à la France ou à l’Ukraine

avion
avion

Les boîtes noires de l’avion ukrainien abattu en Iran doivent être remises à des experts français ou ukrainiens, a exigé dimanche le ministre canadien des Affaires étrangères François-Philippe Champagne.

S’exprimant en marge d’une réunion de l’exécutif canadien à Winnipeg (centre), M. Champagne a indiqué avoir formulé cette demande à son homologue iranien, Mohammad Javad Zarif, précisant que cette requête émane aussi du groupe de pays ayant perdu des citoyens lors de ce crash qui a coûté la vie à 176 personnes.

Le Canada “juge l’Iran jour après jour en fonction non pas de leurs mots, mais de leurs actions”, a-t-il relevé, précisant que Téhéran a un choix à faire.

Dimanche, le directeur général du bureau d’enquête sur les accidents de l’organisation iranienne de l’aviation civile, Hassan Rezaeifar a déclaré à l’agence de presse officielle IRNA que les boîtes noires ne seront pas remises à l’Ukraine.

“Les boîtes noires du Boeing ukrainien sont entre nos mains. Nous n’avons aucune intention de les sortir du pays”, a-t-il dit.

Champagne s’est entretenu, vendredi à Mascate, avec son homologue iranien sur le “devoir qu’a l’Iran envers les familles des victimes – y compris l’indemnisation”.

Les ministres canadien et iranien ont évoqué “la nécessité d’une analyse transparente des données de la boîte noire, ce à quoi l’Iran a consenti”.

Le Premier ministre canadien Justin Trudeau a indiqué vendredi avoir demandé à Téhéran d’envoyer les boîtes noires de l’avion ukrainien en France pour analyse.

Un total de 176 personnes, dont 57 Canadiens, ont péri dans le crash de l’avion ukrainien abattu accidentellement mercredi dernier par un tir de missile iranien, dans la foulée de la riposte iranienne à l’assassinat du général Soleimani à travers le lancement d’une vingtaine de missiles sur deux bases militaires utilisées par des militaires américains en Irak.