Crise des bus à Kénitra: la société délégataire favorable à un compromis assurant la continuité du service public

bus
bus

La société de transport Al-Karama délégataire du transport urbain à Kénitra s’est déclarée prête à œuvrer pour un compromis afin d’assurer la continuité du service public dans la capitale du Gharb, en proie à une crise dans le secteur du transport par autobus.

“La compagnie est prête à s’engager dans un processus de dialogue avec l’ensemble des acteurs concernés, particulièrement les autorités locales compétentes, pour trouver une solution de compromis répondant aux besoins de toutes les parties en termes d’amélioration du service et de continuité du service public”, a-t-elle affirmé dans un communiqué.

Commentant les informations qui circulent sur les réseaux sociaux au sujet de la situation du secteur à Kénitra, Al Karama s’est défendue de vouloir retirer une partie de sa flotte de la circulation, en expliquant qu’elle cherchait plutôt à conduire nombre de bus vers un centre de maintenance pour s’en servir plus tard dans le transport public.

Elle a indiqué à cet égard que ses bus ont été empêchés de rejoindre les centres de maintenance par d’anciens employés de la compagnie, dénonçant “le recours aux jets de pierres pour y parvenir”, relevant que “de tel actes criminels ont incité la société à déposer plusieurs plaintes auprès du Parquet compétent”.

Abordant les facteurs à l’origine de la situation dans laquelle se trouve le secteur du transport urbain à Kénitra, la société délégataire a notamment invoqué l’absence d’un climat de travail favorable conformément à l’article 20 de la loi 05-54 sur la gestion délégué des services publics. Elle cite entre autres les jets de pierres contre les bus, le phénomène du transport clandestin ainsi que le manque de voies réservées aux autobus.

Se référant aux conclusions d’une étude réalisée par un bureau indépendant en accord avec la commune, la compagnie plaide pour une solution fondée sur une indemnisation financière et la prolongation du contrat jusqu’en 2034.

Dans un entretien à la MAP, le premier vice-président de la commune de Kénitra, chargé du transport urbain, Rachid Belamkissia, a affirmé que la crise du transport urbain par bus dans la capitale du Gharb sera résolue par voie légale et conformément aux attentes des citoyens.

“La situation délicate du transport urbain par bus dans la ville sera résolue par voie légale et de manière à répondre aux attentes et aux besoins des citoyens, que nous appelons à davantage de patience”, a-t-il déclaré.

Depuis dix jours, a-t-il dit, plus aucun bus n’est en circulation à Kénitra, une situation qu’il a qualifiée de “catastrophique et surprenante. Il a également assuré que la crise actuelle “nous a incité à faire appel à des minibus pour répondre aux besoins des citoyens”.

“Nous n’avons toujours pas résilié le contrat avec la société de transport, contrairement aux rumeurs qui circulent dans la ville et sur les réseaux sociaux. Nous attendons le procès-verbal du ministère de l’Intérieur”, a-t-il confié.