Le Danemark renforce le contrôle des quotas de pêche

A fishing vessel proceeds early on July 2, 2014, in the fishing port of Lorient, western France. The fishing port of Lorient is the largest of Brittany and the second port in France after Boulogne-sur-mer. AFP PHOTO / JEAN-SEBASTIEN EVRARD

Le parlement danois (Folketing) a annoncé, vendredi, de nouvelles mesures visant à durcir la réglementation sur les quotas de pêche pour empêcher la mainmise de certaines personnes sur le secteur via des prête-noms aux dépens des professionnels.

Le gouvernement et les partis représentés au Folketing sont parvenus à un accord visant à introduire une réglementation plus stricte, un contrôle accru et des sanctions plus sévères, pour empêcher les “rois des quotas” de contrôler une grande partie des quotas de pêche délivrés par l’État.

“Nous allons, dans une bien plus grande mesure, parvenir à un juste équilibre dans la pêche danoise et contribuer à empêcher que la pêche ne tombe dans très peu de mains à l’avenir”, a déclaré la ministre des Pêches, Karen Ellemann.

De nouvelles règles garantiront que les pêcheries externalisées soient également prises en compte lors de l’évaluation du quota des pêcheurs, de telle sorte à rendre plus difficile la possession ou la gestion de quotas excessifs.


“Il ne sera plus possible de contourner les limites de quota. Pas par des échappatoires, des flux de trésorerie ou d’autres acrobaties”, a souligné la ministre.

Une équipe d’enquête sera également créée pour s’assurer que les règles soient respectées.

“Enfin, nous introduisons des pénalités beaucoup plus sévères. Cela signifie que nous allons découvrir la tricherie, et elle sera sévèrement punie”, a prévenu Mme Ellemann.

Les divers éléments de l’accord seront mis en œuvre au cours de l’année prochaine et devraient être pleinement en place d’ici 2019.


Cette initiative a été saluée par l’ONG de conservation des océans Oceana, qui s’est “réjoui de la décision du ministre danois des Pêches et du Parlement de mettre un terme à ce que l’on appelle les rois des quotas”.

“Pendant trop longtemps, les pêcheries danoises n’ont servi que l’intérêt d’une poignée de sociétés de pêche industrielle plutôt que le grand public. Limiter l’influence des rois des quotas sera également un pas dans la bonne direction pour mettre fin à la surpêche au Danemark”, a indiqué à la presse Lasse Gustavsson, directeur exécutif d’Oceana en Europe.

En août dernier, la classe politique, tout comme les médias, ont été rudement secoués par la publication d’un rapport accablant de l’Autorité nationale d’audit (Rigsrevisionen) faisant état d’irrégularités liées à des quotas de pêche octroyés, plus d’une décade durant, à des prête-noms qui se seraient procurés des autorisations de pêche par le biais de faux documents et les auraient revendus aux pêcheurs.

Le rapport a reproché au ministère de l’Environnement et de l’alimentation et à ses fonctionnaires la manière avec laquelle des quotas de pêche ont été octroyés et gérés, et a demandé à la police de mener une enquête sur cette affaire.