“DAWAJINE 2016” : Coup d’envoi de la 19ème édition

La 19-ème édition du Salon Avicole “DAWAJINE 2016”, organisée par la Fédération interprofessionnelle du secteur avicole au Maroc (FISA), s’est ouverte , jeudi à la foire des expositions de l’Office de Changes à Casablanca.

Ce salon, qui se tient du 24 au 26 novembre, se confirme en tant qu’évènement annuel important du secteur avicole et constitue une occasion pour présenter aux visiteurs le savoir-faire avicole et les dernières évolutions techniques et technologiques dans le secteur.

Intervenant lors de la cérémonie d’inauguration du Salon, le secrétaire général du ministère de l’Agriculture et de la Pêche Maritime, Mohamed Sadiki a indiqué que l’organisation de ce salon traduit la dynamique insufflée par le Plan Maroc Vert pour la promotion et le développement de la filière avicole. Ce secteur a d’ailleurs bénéficié en 2009 d’un premier contrat-programme renouvelé pour la période 2011-2020 entre le Gouvernement et la Fédération interprofessionnelle du secteur avicole pour un investissement global de 3,76 milliards de DH, a-t-il rappelé.

Le contrat-programme a pour objectif de garantir la sécurité alimentaire du pays en protéines d’origine animale, la mise à niveau du secteur avicole et l’orientation de l’investissement vers la modernisation des unités d’élevage, l’installation de structures de valorisation des produits avicoles, le développement de modèles d’agrégation autour des abattoirs avicoles et des centres de conditionnement d’œufs de consommation, le développement de l’élevage alternatif et la promotion de l’exportation des produits avicoles, a expliqué M. Sadiki.


Et d’ajouter que grâce aux efforts conjugués de l’Etat et des professionnels du secteur, la filière avicole a connu une évolution notoire en termes de taux de couverture des besoins et d’accroissement de la production. Ainsi, la production de viandes de poulet et de viandes de dinde a connu un accroissement moyen annuel entre 2008 et 2015 de 4,2% et 8,7% depuis 2015.

Le taux d’accroissement enregistré pour les œufs de consommation et aliments de volaille est de 8,4% et 8,6% respectivement. En 2015, le pays a pu couvrir ses besoins en viandes de volaille et œufs de consommation.