Début au tribunal militaire de Blida du procès en appel de Saïd Bouteflika et de ses coaccusés

procès en appel

Le procès en appel de Said Bouteflika, frère de l’ancien président algérien, des anciens généraux Mohamed Mediene, directeur des services secrets algériens et son successeur Athmane Tartag, ainsi que de la présidente du Parti des Travailleurs (PT), Louisa Hanoune, a été ouvert dimanche au tribunal militaire de Blida.

Le procès intervient suite à l’interjection d’appel par le collectif de défense auprès de la Cour d’appel militaire, lequel a été validé.

Lors de leur premier procès, qui s’était tenu le 24 septembre au tribunal militaire de Blida, le juge a prononcé des peines de 15 à 20 ans de prison contre ces accusés. Mais leurs avocats ont finalement fait appel, en jugeant que les “conditions d’un procès équitable”, “n’étaient pas réunies”.

De ce fait, les juges vont réexaminer les chefs d’inculpations retenus contre les condamnés et qui sont poursuivis en vertu des dispositions du code de la justice militaire et du code pénal, pour “complot contre l’autorité de l’Etat” et “complot contre l’Autorité de l’Armée”.

L’ancien ministre de la Défense et ex-chef d’état-major de l’armée, Khaled Nezzar et son fils Lotfi et Farid Benhamdine, gérant de la Société algérienne de pharmacie, sont également jugés par contumace dans cette même affaire.