Début du référendum en Egypte pour prolonger la présidence de Sissi

Début du référendum en Egypte pour prolonger la présidence de Sissi

Les Egyptiens votent samedi lors d'un référendum sans suspense sur une révision constitutionnelle devant permettre à Abdel Fattah al-Sissi, président depuis 2014, de prolonger son mandat et de consolider son pouvoir.

M. Sissi a déposé son bulletin dans l'urne au Caire dès l'ouverture des bureaux de vote à 09H00 locales (07H00 GMT), selon des images de la télévision d'Etat. Les 62 millions d'Egyptiens convoqués aux urnes ont de samedi à lundi, entre 09H00 à 21H00 locales, pour dire "oui" ou "non" aux changements de la Constitution.

Samedi matin, des chants patriotiques étaient diffusés à l'extérieur des bureaux de vote décorés aux couleurs nationales et placés sous haute protection de la police et de l'armée, ont constaté des journalistes de l'AFP.

Mohamed Abdel Salam, un électeur cairote de 45 ans a voté "oui". "Peu m'importe le mandat présidentiel, tant qu'il (le président) est fonctionnel et remplit son rôle... et Sissi a déjà fait beaucoup", a-t-il dit à l'AFP.

Un peu plus loin, un électeur trentenaire se rendant aux urnes avec ses collègues a préféré garder l'anonymat. "Nous sommes les employés d'une entreprise, on nous a demandé d'aller voter", a-t-il lâché.

Les résultats du scrutin, qui devraient sans surprise être favorable à M. Sissi, seront proclamés le 27 avril.

Depuis des semaines, les rues du Caire et d'autres villes ont vu fleurir des banderoles appelant à voter "oui" à la révision de la Constitution de 2014, qui limite à deux le nombre de mandats présidentiels.

Le Parlement a approuvé mardi à une écrasante majorité les amendements constitutionnels, et les dates du référendum qui doit entériner ces modifications ont été annoncées le lendemain.

→ Lire aussi : Egypte: le Parlement vote pour permettre à Sissi de prolonger sa présidence

Les nouvelles dispositions permettent de faire passer le deuxième mandat de M. Sissi de quatre à six ans, portant son terme à 2024. Le chef de l'Etat pourrait ensuite se représenter en 2024 pour un troisième mandat, ce qui le reconduirait jusqu'en 2030.

Cette série d'amendements "est sans précédent dans l'histoire (moderne) de l'Egypte", estime Mustapha El-Sayyid, professeur de sciences politiques à l'Université américaine du Caire.

Pour M. Sayyid, ces amendements renforceraient le pouvoir "d'un individu sur tous les autres". "Un retour en arrière sera très difficile, car qui abandonnerait tant de pouvoir?", s'interroge-t-il.

Outre la durée du mandat présidentiel, la révision doit accroître le contrôle du pouvoir judiciaire par l'exécutif et institutionnaliser le rôle politique de l'armée, pilier du régime. Il prévoit aussi un quota de 25% de femmes au Parlement.

Dans une lettre publiée jeudi, le cabinet d'analyse sécuritaire Soufan Center avance qu'"il n'y a que peu d'opposition publique aux changements constitutionnels, résultat probable de la nature oppressive du gouvernement".

Samedi, l'ONG Human Rights Watch a appelé le pouvoir égyptien a cesser le processus d'amendement de la Constitution en estimant que les changements ne feraient que "consolider le pouvoir autoritaire" en Egypte.

M. Sissi a été élu président en 2014, avec 96,9% des voix, un an après avoir renversé avec l'armée et sur fond de mécontentement populaire, le président islamiste élu Mohamed Morsi.

Il a été réélu en 2018, avec 97,08% des voix, sans qu'aucun rival sérieux ne puisse le défier.

Les ONG et les opposants dénoncent la réforme constitutionnelle, accusant régulièrement le président Sissi de graves violations des droits humains.

Un groupe d'ONG égyptiennes a estimé cette semaine que le "climat" politique ne permettait pas la tenue d'un référendum constitutionnel avec des "garanties ne serait-ce que minimales d'impartialité et d'équité".

La consolidation attendue du pouvoir de M. Sissi en Egypte, pays le plus peuplé du monde arabe, intervient alors qu'au Soudan voisin et en Algérie, des mouvements populaires sont venus à bout, après des mois de contestation, de chefs d'Etat au pouvoir depuis des décennies.

Omar el-Béchir, au pouvoir depuis 1989 à Khartoum, a été renversé le 11 avril. Abdelaziz Bouteflika, maître de l'Algérie depuis 1999, a démissionné le 2 avril.

"Lorsque vous réprimez toute forme de liberté, vous récoltez une explosion de colère dans les rues ou un coup d'Etat militaire violent", avance Hassan Nafaa, politologue retraité de l'Université du Caire.

Au Parlement, seuls 22 élus ont voté contre les amendements ou se sont abstenus.

L'opposition à cette révision reste presque exclusivement cantonnée aux réseaux sociaux. L'écrasante majorité des médias, en particulier la télévision, relaie le discours des soutiens du président Sissi, diabolisant les voix critiques, qui vivent généralement en exil.

Avec AFP

À propos de l'auteur:

Articles qui peuvent vous intéresser

Laissez un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :