La décision du transfert de l’ambassade américaine à Al Qods dépourvue de fondements juridiques, politiques ou éthiques

La décision des États-Unis d’Amérique de transférer leur ambassade à Al Qods est dépourvue de fondements et de bases juridiques, politiques ou éthiques et porte atteinte à la légitimité internationale, aux décisions des Nations Unies et au conseil de sécurité y afférent, a souligné le Parlement marocain, représenté par ses deux Chambres.

Dans un communiqué publié à l’issue d’une séance commune, tenue lundi soir par les Chambres des représentants et des Conseillers, en solidarité avec le peuple palestinien, le Parlement marocain a exprimé son “refus total de la décision du président des États-Unis, Donald Trump, estimant que cette décision est dépourvue de fondements et de bases juridique, politique ou éthiques et porte atteinte à la légitimité internationale, aux décisions des Nations Unies et au conseil de sécurité y afférent”.

“Cette décision disqualifiera les USA de jouer le rôle protecteur de paix dans la région du Moyen-Orient et fera de ce pays un ennemi et non un arbitre dans le processus des négociations de paix entre les Palestiniens et israëliens”, a indiqué le Parlement, ajoutant que “cette décision qui touche la question palestinienne (la ville et les sacralités) se trouve au cœur des négociations sur le statut définitif et deviendra une priorité dans les débats, les discussions et toutes négociations entre les parties concernées par le conflit”, a-t-il relevé.

Les deux chambres ont également souligné que les parlementaires marocains rejettent et dénoncent la décision de Washington, ajoutant que le président américain sera tenu responsable des répercussions de cet acte sur la situation au Moyen-Orient et dans le monde, notamment celles liées au manque de confiance dans la légitimité internationale, à l’indifférence vis-à-vis du droit international, à l’expansion de la haine, de la violence, de l’intolérance et de l’extrémisme et à l’injustice et l’inégalité, note le communiqué.


Les parlementaires marocains ont, par ailleurs, fait part de leur souhait de bloquer la décision américaine et d’œuvrer à la préservation des négociations et du dialogue entre les Palestiniens et israéliens sur la base de solution de deux Etats afin de permettre au peuple palestinien de recouvrer son indépendance et d’exercer sa souveraineté sur son territoire occupé depuis 1967 ainsi que d’établir son État indépendant avec comme capitale Al Qods Al Charif, précise-t-on de même source.

Les différentes intervenants ont exprimé la parfaite cohésion entre les aspirations du peuple marocain et la volonté royale qui s’est concrétisée dans les positions et les initiatives de SM le Roi Mohammed VI, Amir Al Mouminine et Président du Comité Al-Qods, issu de l’Organisation de la coopération islamique (OCI), en particulier le message adressé par le Souverain au président américain au nom de 57 États et plus d’un milliard de citoyens musulmans.