Déclaration d’Amman : Les pays arabes réitèrent leur engagement à lutter contre le terrorisme

Arab leaders pose for a group photo during the Arab League summit in the Jordanian Dead Sea resort of Sweimeh on March 29, 2017. Arab leaders are set to meet in Jordan for their annual summit with no expected breakthrough on resolving conflicts or "terrorism" in the region. / AFP PHOTO / Khalil MAZRAAWI

Les pays arabes participant aux travaux de la 28è session du Sommet arabe, tenue mercredi à la Mer Morte en Jordanie au niveau des Chefs d’Etat, ont réitéré leur engagement à consacrer tous les moyens nécessaires pour mettre fin aux groupes terroristes et vaincre le terrorisme sur tous les fronts, militaire, sécuritaire et intellectuel.

La déclaration d’Amman rendue publique à l’issue des travaux du Sommet, et dont lecture a été donnée par le Secrétaire général de la Ligue arabe, Ahmed Abou Al-Gheit, souligne que ‘’le terrorisme est un fléau qu’il faut déraciner afin de protéger nos peuples, défendre notre sécurité et les valeurs de tolérance, de paix et de respect de la vie qui nous unissent’’.

Les pays arabes ont réaffirmé dans cette déclaration leur détermination à poursuivre la lutte contre le terrorisme et l’élimination de ses causes, et ce dans le cadre d’une stratégie globale qui prend en compte la centralité de la résolution des crises régionales, le renforcement des valeurs de démocratie, le respect des droits de l’Homme et de citoyenneté, et la lutte contre l’ignorance et l’exclusion dans la fragmentation des milieux de désespoir qui constituent une source de subsistance du terrorisme.

Les Chefs d’Etat arabes ont fait part, dans la déclaration d’Amman, de leur profonde préoccupation face au phénomène croissant de ‘’l’islamophobie’’ et les tentatives de créer un lien entre la religion islamique et le terrorisme, mettant en garde à cet égard que de telles tentatives ne servent que les groupes terroristes et leur obscurantisme, qui n’ont rien à voir avec l’islam et ses valeurs.


Dans le même contexte, les pays arabes ont condamné les actes de violences et les violations des droits de l’Homme contre la minorité musulmane d’Alrohinga au Myanmar, et leur profonde inquiétude à propos des situations tragiques auxquelles fait face cette minorité musulmane, notamment dans la wilaya de Rakhine.

La Déclaration d’Amman a appelé, à cet égard, la communauté internationale à réagir de manière efficace et avec tous les moyens diplomatiques, juridiques et humanitaires, pour mettre fin à ces violations, et amener le gouvernement de Myanmar à assumer ses responsabilités juridique, civile et humanitaire.