Dépenses en lobbying de Google et Facebook et tourmentes politiques

Dépenses en lobbying des Gafa

Google a annoncé dans un rapport trimestriel publié par Alphabet, la société mère, qu’il avait dépensé un record de 21,2 millions de dollars pour faire pression sur le gouvernement américain en 2018, dépassant son précédent record de 18,22 millions de dollars en 2012, tandis que le moteur de recherche fait face à un contrôle minutieux et global de ses pratiques.

Dans son dépôt au Congrès mardi, Facebook a révélé qu’elle avait également dépensé plus en lobbying gouvernemental en 2018 que jamais auparavant, à 12,62 millions de dollars. Cela représentait 11,51 millions de dollars il y a un an, selon un suivi effectué par le Center for Responsive Politics, un organisme non partisan.

Selon les données du centre, Google a consacré 18,04 millions de dollars au lobbying en 2017

Google et Facebook ont ​​refusé de commenter au-delà de leurs dépôts.

Les législateurs et les régulateurs américains ont pesé les nouvelles règles antitrust et relatives à la protection de la vie privée pour limiter le pouvoir des grands fournisseurs de services Internet tels que Google, Facebook et Amazon. La réaction en matière de réglementation aux États-Unis, ainsi qu’en Europe et en Asie, est presque au top de la liste des préoccupations pour les investisseurs technologiques, selon les analystes financiers.

Microsoft a dépensé 9,52 millions de dollars en lobbying en 2018, selon une information publiée mardi, contre 8,5 millions de dollars en 2017, mais moins que les 10,5 millions de dollars enregistrés en 2013.

Apple a dépensé 6,62 millions de dollars l’année dernière, contre 7,15 millions de dollars en 2017, selon les données du centre.

Apple et Microsoft n’ont pas répondu aux demandes de commentaires. Un dépôt d’Amazon était attendu plus tard mardi.

→Lire aussi: Le «métier» d’influenceur, quelle éthique

Google a révélé que les nouveaux sujets de discussion avec les régulateurs au quatrième trimestre comprenaient la technologie de recherche, la réforme de la justice pénale et la réforme fiscale internationale. La société figure toujours parmi les principaux dépensiers en lobbying à Washington, avec quelques câblodistributeurs, entrepreneurs en défense et sociétés de soins de santé.

Le président de Google, Sundar Pichai, qui a témoigné en décembre devant un panel de la Chambre des représentants des États-Unis pour la première fois, a déclaré que la société soutenait l’idée d’une législation nationale sur la protection de la vie privée. Mais il a contesté les accusations selon lesquelles la société aurait un parti pris politique dans ses résultats de recherche et étoufferait la concurrence.

Susan Molinari, la principale responsable de la politique publique américaine de Google, a quitté ses fonctions pour jouer un rôle de conseil ce mois-ci.

Facebook a déclaré que discuter de “l’intégrité électorale” avec des responsables de la sécurité nationale faisait partie de ses nouveaux espaces de lobbying au quatrième trimestre. Le dossier indique que la société a continué à faire pression sur la Federal Trade Commission (commission de commerce fédérale), qui enquête sur ses pratiques en matière de sécurité des données.

Avec Reuters