Déradicalisation, un des éléments clés de la coopération belgo-marocaine

Déradicalisation, un des éléments clés de la coopération belgo-marocaine

La lutte contre le radicalisme est un des éléments clés de la coopération belgo-marocaine, a souligné la chaine de télévision belge (RTBF). Une déclaration faite suite à la visite de travail que le vice-premier ministre et ministre belge des affaires étrangères, Didier Renders, a effectuée cette semaine au Maroc. 

‘’La lutte contre le radicalisme est un des éléments clés de la coopération belgo-marocaine, c’est pourquoi le ministre des affaires étrangères s’est aussi intéressé lors de sa visite au Maroc à la formation des imams’’, a indiqué l’envoyé spécial de la chaine.

Dans une déclaration au journaliste, Reynders a affirmé que la coopération belgo-marocaine en matière de déradicalisation vise à assurer une formation qui mène à un Islam modéré.

‘’le tout est d’essayer de comprendre comment on peut arriver à une formation qui mène à un Islam modéré qui exclut les discours de haine, qui évite tous les risques en matière de violence et de déviance que l’on a pu connaitre ces dernières années’’, a indiqué le chef de la diplomatie belge.


Il a estimé à ce propos que ‘’la responsabilité des communautés locales est importante’’, précisant qu’en Belgique ‘’ce n’est pas l’état qui va donner le contenu théologique d’une religion quelle qu’elle soit’’.

S’agissant du modèle de cette coopération, la télévision a indiqué que la Belgique ‘’n’exclut aucune piste qui puisse mener à favoriser l’émergence d’un Islam intégré à la société’’.

Lors de son séjour au Maroc, le ministre belge avait, rappelle-t-on, fait savoir que le phénomène de déradicalisation avait été aussi au centre de ses entretiens à Rabat où il avait souligné l’intérêt porté par son pays à l’expérience marocaine en matière de formation des imams.

Dans son reportage, l’envoyé spécial de la chaine a mis en exergue l’expérience marocaine en matière de formation des Imams, qui vise à ‘’contrer les discours extrémistes’’. Il a, aussi, souligné le rôle que joue à cet effet l’Institut Mohammed VI de formation des imams et des morchidines et morchidates.


Il a précisé que l’Institut qui a pour mission la formation des Imams et leur éventuelle remise à niveau, accueille plus de 700 futurs imams issus de la société marocaine, de plusieurs pays d’Afrique mais aussi de l’Europe, citant les cas d’imams francais venus se former au Maroc.