A LA UNECulture

Des antiquités brisées lors de l’explosion de Beyrouth seront restaurées par le British Museum

Le British Museum de Londres a annoncé, mardi, qu’il va restaurer huit récipients antiques en verre, brisés lors de la meurtrière explosion du port de Beyrouth en 2020 et les exposera temporairement avant leur retour au Liban.

Ces objets, datant des périodes romaine, byzantine et islamique, étaient exposés au Musée archéologique de l’Université américaine de Beyrouth (AUB) au moment de l’explosion dévastatrice du 4 août 2020, qui a fait plus de 200 morts et 6.500 blessés.

Bien que le musée soit situé à 3,2km de l’explosion, son souffle a fait exploser la vitrine dans laquelle se trouvaient 74 précieux récipients en verre, qui revêtaient “une importance capitale pour raconter comment s’est développée la technologie du soufflage du verre au Liban au Ier siècle avant J.-C.“, détaille le British Museum dans un communiqué.

La plupart des artefacts ont été brisés au point d’être “irréparables“, et seuls 15 d’entre eux ont été identifiés comme pouvant être sauvés. Parmi eux, huit seulement peuvent être transportés en toute sécurité au British Museum, qui dispose des installations et de l’expertise nécessaires pour restaurer ces objets.

→ Lire aussi : Inscription de 97 sites et éléments culturels sur les listes de l’ICESCO du patrimoine dans le monde islamique

Ces récipients en verre ont survécu à plusieurs catastrophes et conflits au cours des 2.000 dernières années, pour être ensuite brisés par l’explosion du port en 2020“, s’est désolé Jamie Fraser, du British Museum, saluant “la résilience du personnel du musée archéologique“.

Après l’explosion, le personnel archéologique a dû trier avec soin des milliers de débris de verres, où se mélangeaient des éclats de vitrines, de fenêtres mais aussi ces précieux objets antiques. Un véritable “travail de puzzle“, finalisé en juillet lorsque le récipient de chaque tesson a été identifié.

L’équipe a alors jugé quelles pièces étaient en état de voyager jusqu’à Londres, envoyant des centaines de fragments de verre pour qu’ils soient recollés dans les laboratoires du British Museum.

La restauration s’annonce “délicate“, a mis en garde Sandra Smith, responsable de la conservation au sein de l’établissement londonien, car “le verre est un matériau très difficile à reconstituer“.

Une fois restaurés, les artefacts seront exposés temporairement au British Museum avant de retourner à Beyrouth.

( Avec MAP )

Articles similaires

Laisser un commentaire

Bouton retour en haut de la page