Des centaines de réfugiés syriens quittent le Liban pour rentrer chez eux

réfugiés

Quelque 850 réfugiés syriens quittent lundi le Liban pour rentrer dans leur pays, Beyrouth ayant fait de ces départs organisés en coordination avec les autorités de Damas une de ses priorités.

En Syrie, les combats ont pris fin dans certains secteurs reconquis par le régime de Bachar al-Assad et le Liban voisin estime que l’heure du retour a sonné pour les quelque 1,5 million de réfugiés, installés sur son territoire pour fuir la guerre qui ravage leur pays depuis 2011. Les départs de lundi sont les plus importants en nombre organisés à ce jour au Liban. Ils se tenaient dans la localité d’Aarsal, dans l’est du pays tout près de la frontière. “Le rapatriement volontaire de quelque 850 réfugiés syriens a débuté” lundi matin, a indiqué l’agence de presse nationale libanaise ANI.

Avant d’emprunter la route, hommes, femmes et enfants de tous âges étaient installés dans des voitures, des camionnettes et des tracteurs, et avaient emporté avec eux des valises, des provisions et parfois de la volaille, a constaté un photographe de l’AFP. Les forces de sécurité vérifiaient les papiers d’identité des réfugiés qui s’apprêtaient à regagner leur pays, a-t-il précisé. L’agence officielle syrienne Sana a confirmé les premières arrivées, précisant que “des centaines de Syriens venus du territoire libanais” allaient rentrer chez eux dans la région du Qalamoun, aux abords de Damas.

→ Lire aussi : Syrie: 45.000 civils ont fui les combats à Deraa

Ces derniers mois, plus de 800 réfugiés syriens au Liban sont déjà rentrés chez eux à l’occasion de départs similaires, organisés en plusieurs fois. Le Liban accueille environ 1,5 million de réfugiés syriens – dont un million inscrits auprès de l’ONU – pour une population locale de 4,5 millions. Le ministère russe de la Défense a indiqué vendredi avoir proposé aux Etats-Unis de coopérer pour assurer le retour des réfugiés syriens vers leur lieu de résidence d’avant le conflit. Le plan concernerait notamment ceux qui ont fui en Jordanie et au Liban.


Un conseiller du Premier ministre Saad Hariri, Georges Chaaban, a rencontré le vice-ministre russe des Affaires étrangères Mikhaïl Bogdanov, pour s’enquérir des détails de cette initiative, selon un communiqué envoyé samedi par les services de Hariri. Le Premier ministre compte sur cette initiative “qui pourrait aider à résoudre la crise des réfugiés au Liban et mettre fin à leurs souffrances et à ses répercussions sociales et économiques sur les pays d’accueil“, selon le texte. Le Hezbollah, puissant mouvement chiite libanais qui combat en Syrie au côté du régime, a annoncé fin juin la mise en place d’une structure visant à aider les réfugiés à rentrer dans leur pays, en coordination avec les autorités libanaises et Damas.

AFP.