Des manifestations éclatent au Zimbabwe alors que la crise économique prend de l’ampleur

Des manifestations éclatent au Zimbabwe alors que la crise économique prend de l’ampleur

Des manifestants ont barré les routes et incendié des pneus dans la capitale du Zimbabwe, Harare, alors que la colère suscitée par la pire crise économique de cette décennie s'est étendue aux rues et a exercé une pression sur le président Emmerson Mnangagwa.

La police a tiré des gaz lacrymogènes pour contenir l'agitation dans plusieurs banlieues de Harare et dans la deuxième ville du Zimbabwe, Bulawayo, deux jours après que Mnangagwa a annoncé une hausse massive du prix du carburant afin de contenir la crise monétaire.

Les pénuries de liquidités ont plongé l'économie dans le désarroi, menaçant des troubles sociaux généralisés et sapant les efforts de Mnangagwa pour reconquérir les investisseurs étrangers écartés sous le contrôle de son prédécesseur, Robert Mugabe.

La vie quotidienne devient de plus en plus difficile avec la flambée des prix des produits de base et la pénurie de fournitures médicales.

Les automobilistes attendent pendant des heures pour faire le plein aux stations-service où des soldats sont souvent déployés pour disperser les bagarres afin de déterminer qui est le prochain sur la liste.

 →Lire aussi: Zimbabwe: l’euphorie post-Mugabe fait place à la désillusion

La nouvelle de la hausse de 150% du prix du carburant a été accueillie avec surprise au Zimbabwe, où le taux de chômage dépasse 80%. Le gouvernement fixe les prix des carburants via l’Agence de réglementation de l’énergie du Zimbabwe.

Des centaines d'habitants des cantons d'Epworth, de Mabvuku et de Mbare, tous des bastions de l'opposition, ont protesté en incendiant des pneus et en bloquant des routes à la pierre après que le principal syndicat du travail ait appelé à une grève de trois jours lundi à la suite de la hausse des prix.

 

Peur de la violence

Les autorités tiennent à éviter une répétition des violences post-électorales d'août, au cours desquelles six personnes ont été tuées à la suite de l'intervention de l'armée.

Un témoin de l'agence Reuters a vu des manifestants entonner des chants anti-Mnangagwa à Mbare, tandis que la police anti-émeute se tenait à distance pour bloquer les manifestants qui se dirigeaient vers le centre de Harare.

La police anti-émeute dans des camions a patrouillé au centre-ville de Harare. Certaines entreprises ont fermé tôt et les écoles ont appelé les parents pour qu'ils récupèrent leurs enfants, craignant une recrudescence de la violence.

"La police a déployé des officiers dans tous les centres résidentiels, les centres commerciaux et la CDB (quartier central des affaires) pour effectuer des patrouilles, surveiller, arrêter et fouiller et, ce faisant, rendre compte des éléments indisciplinés", a déclaré le ministre de l'Intérieur, Cain Mathema, dans un communiqué.

Le Zimbabwe a abandonné sa propre monnaie en 2009 après avoir été détruit par l'hyperinflation au profit du billet vert, mais il n'y a plus assez de monnaie forte pour sauvegarder plus de 10 milliards de dollars de fonds électroniques bloqués dans des comptes bancaires locaux.

L'inflation a atteint 31% en novembre, son niveau le plus élevé depuis 2008, année où elle avait atteint 500 milliards de dollars, alors que les prix changeaient quotidiennement et effaçaient l'épargne et les retraites.

Le ministre des Finances, Mthuli Ncube, a déclaré vendredi que le Zimbabwe introduirait une nouvelle monnaie au cours des 12 prochains mois comme prochaine mesure pour mettre fin à la crise monétaire.

Lundi matin, Mnangagwa a entamé une tournée dans cinq pays, qui débute en Russie et se termine au Forum économique mondial de Davos, en Suisse.

 

Abdellah Chbani avec Reuters

À propos de l'auteur:

Articles qui peuvent vous intéresser

Laissez un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :