Des pirates ciblent les données de 5,2 millions clients de Marriott

Marriott

La chaîne hôtelière Marriott International a annoncé mardi qu’un piratage informatique avait compromis les informations personnelles d’environ 5,2 millions de ses clients, dans ce qui constitue la deuxième fuite majeure que l’entreprise a connue en autant d’années.

La dernière fuite concerne les noms, les anniversaires, les e-mails, les numéros de téléphone et les numéros de compte Marriott, bien que la société ait déclaré que toutes ces informations personnelles n’étaient pas compromises pour chaque client de la chaîne hôtelière.

Marriott a affirmé avoir découvert la faille à la fin du mois de février et pense que les données ont été accessibles via les informations d’identification de deux employés à partir de la mi-janvier. Les informations d’identification ont ensuite été désactivées et les autorités alertées.

Bien que l’enquête de Marriott soit en cours, la société n’a actuellement aucune raison de croire que les informations impliquées comprenaient des mots de passe ou des codes PIN de compte Marriott Bonvoy, des informations de carte de paiement, des informations de passeport, des identifiants nationaux ou des numéros de permis de conduire“, a assuré la société dans un communiqué.

Des avis commenceront à être envoyés à tous les clients concernés à partir de mardi, a indiqué Marriott, ajoutant qu’un site Web et un centre d’appels permettent aux clients d’accéder à plus d’informations sur la faille et les étapes à suivre.


La précédente fuite de données massive de la chaîne d’hôtel provenait d’un piratage de sa base de données de réservation d’invités Starwood en 2018 qui a révélé les informations personnelles d’au moins 383 millions de clients, y compris des numéros de passeport.

Les enquêteurs avaient conclu que des pirates chinois étaient à l’origine du hack et que cela faisait partie d’un effort de la Chine pour créer une base de données comprenant les noms et les informations des responsables du gouvernement américain.

Le procureur général de New York a ouvert une enquête sur la première violation de données, tandis que le gouvernement britannique a infligé une amende de 123 millions de dollars à Marriott. La brèche a touché environ 7 millions de résidents britanniques.