Des projets ferroviaires qui propulsent le Maroc dans le peloton de tête continental

Des projets ferroviaires qui propulsent le Maroc dans le peloton de tête continental

Le Maroc s’est engagé dans des projets ferroviaires structurants qui, en quelques années, l’ont propulsé dans le peloton de tête de l’Afrique grâce à un réseau ferré en phase avec les exigences les plus sévères de qualité et de sécurité.

Cette dynamique vertueuse, qui s’inscrit dans le cadre des besoins grandissants en termes de mobilité et de moyens de transport plus rapides et plus sûrs, tend à accompagner le développement fulgurant du secteur, dans le sillage du premier TGV du continent baptisé Al-Boraq, à améliorer les conditions de confort et à réduire le temps des trajets.

C’est dans cet esprit-là que s’inscrivent les diverses actions de l’Office nationale des chemins de fer (ONCF), dont l’impact bénéfique se fait sentir sur la vie des citoyens, mais aussi en matière d’accompagnement du développement économique que connait le Royaume.

Le Maroc entre de plain-pied dans le giron des pays à haute technologie ferroviaire

Les chantiers les plus phares ont porté sur le triplement de l’axe Kénitra-Casablanca sur 130 KM, la rénovation du tunnel ferroviaire entre Salé et Rabat et l’atténuation de la pression sur l’échangeur de Casablanca où transite 90% du trafic marchandises et voyageurs.

D’autres projets non moins importants ont concerné le doublement complet de la voie Casablanca-Marrakech le long de 170 KM et le remplacement de tous les passages à niveau par des ouvrages différenciés, sans oublier les nouvelles gares de Tanger, Kénitra, Rabat, Casablanca, Oujda et Benguérir. Jadis considérées comme de simples points de passage des voyageurs, ces gares de nouvelle génération deviennent des centres de vie multifonctions offrant des prestations diverses avec une meilleure accessibilité.


D’un impact très significatif sur la performance de tout le réseau, le projet de doublement de la ligne Casablanca-Marakech répond à une demande sans cesse croissante, au regard de la remarquable dynamique socio-économique et touristique dans les deux villes.

Un projet de cette ampleur permettra au Royaume de relever le défi de l’accroissement du trafic des voyageurs et marchandises dans la perspective d’atteindre un train à chaque heure dans les deux sens, de réduire le temps de parcours d’une heure et d’améliorer la régularité et la qualité du service.

→Lire aussi: TGV Al Boraq: les tarifs sont “très abordables”

L’autre bienfait de la stratégie ferroviaire consiste à desservir les plateformes logistiques de Sidi Ghanem et de Sidi Bouathmane, à consolider la sécurité et la sûreté sur la ligne ainsi que celles des circulations ferroviaires et routières.


Par sa portée éminemment stratégique, l’axe Casablanca-Rabat-Kénitra se positionne comme le pivot du réseau ferroviaire national, en ce sens qu’il concerne la partie la plus importante du trafic express et des principales lignes au niveau national.

D’un investissement de 5,2 milliards de DH, le programme d’extension et de modernisation du réseau ferré permettra le triplement de la ligne Casablanca-Kénitra, l’allègement de la pression sur l’échangeur de Casablanca, la mise à niveau des gares, et le réaménagement du tunnel ferroviaire de Rabat.

L’axe Casablanca-Rabat verra ainsi les fréquences doubler plus de deux fois, une évolution qui va se traduire à terme par la programmation d’un train toutes les trois minutes.

Des gares de nouvelle génération à fort impact socio-économique

Composante phare de ce chantier d’envergure, les gares de nouvelle génération consolide le rayonnement du Royaume selon une approche qui rompe avec la vision traditionnelle les confinant dans un rôle de points de passage. Elles deviennent aujourd’hui autant d’espaces multidisciplinaires intégrées dans l’environnement urbain et tournés vers la la satisfaction des clients.


Ce sont des projets initiés dans le sillage de la Ligne de train à grande vitesse Tanger-Casablanca avec l’ambition d’absorber l’augmentation rapide des voyageurs, tout en assurant des prestations de qualité en matière d’accueil.

Sans oublier le fait que les nouvelles gares ont été conçues dans le respect de l’environnement en utilisant les nouvelles technologies liées à l’efficacité énergétique comme les lampes LED et les plaques photovoltaïques.

Toutes ces réalisations ne manqueront pas d’améliorer le quotidien des usagers puisqu’elles permettent des gains de temps de parcours grâce à des correspondances optimisées entre Al Boraq et les trains modernisés desservant le nord et le sud du pays.

Elles ont donné lieu également à la création de 60 millions de journées de travail, au renforcement de la sécurité et à la préservation de l’environnement dans la mesure où un million de tonnes de rejets de CO2 a été évité.