Dette: l’Argentine n’est “pas en état” d’accepter des conditions du FMI

Argentine

L’Argentine n’est “pas en état” d’accepter des conditions de la part du Fonds monétaire international (FMI) avec lequel le pays sud-américain doit négocier un nouveau programme de financement de sa dette, a affirmé mardi le président, Alberto Fernandez.

“Je ne peux accepter aucune conditionnalité. Je ne le peux pas parce que l’Argentine n’est pas en état de l’accepter”, a indiqué M. Fernandez dans un entretien à une radio locale en référence aux négociations avec l’institution financière qui doivent débuter prochainement.

“Je demande la confiance car nous ne pouvons pas accepter des conditionnalités qui nous obligeraient à faire des ajustements. Mais nous savons que nous devons remplir nos obligations”, a-t-il ajouté, en référence au paiement de la dette contractée auprès du FMI.

L’Argentine a reçu 44 milliards de dollars d’un prêt total de 57 milliards accordés en 2018 par le FMI sous le mandat de l’ex-président Mauricio Macri (2015-2019). Les premières échéances de cet emprunt tomberont fin 2021.

Alberto Fernandez a rappelé le soutien accordé par le FMI à l’Argentine pendant les longs mois de négociations avec les créanciers pour la restructuration de 66 milliards de dollars de dette émis sous législation étrangère, qui ont abouti début août à un accord.


La dette totale du pays s’élève à 324 milliards de dollars, soit près de 90% du produit intérieur brut (PIB).

Après deux années de récession, 40% des 45 millions d’habitants de l’Argentine vivent dans la pauvreté et l’inflation annuelle reste très élevée, autour de 40% alors que le PIB devrait se contracter de 9,9% en 2020, selon les prévisions du FMI.