Le dialogue euro-méditerranéen, une solution aux menaces et défis auxquels la région est confrontée

Le dialogue euro-méditerranéen, une solution aux menaces et défis auxquels la région est confrontée

Le président de la commission parlementaire mixe Maroc-Union Européenne (UE), Abderrahim Atmoun, a souligné, samedi au Caire, l’importance de poursuivre le dialogue euro-méditerranéen en vue de trouver des solutions concertées aux défis et menaces auxquels la région est confrontée, de donner un nouvel élan à l’Union et d’agir pour promouvoir la politique européenne de voisinage.

L’exploitation de toutes les possibilités de coopération au sein de la Méditerranée permettra de parvenir à une sécurité durable et à une prospérité commune au profit des peuples euro-méditerranéens, a souligné M. Atmoun, vice-président du groupe de travail sur le financement et les procédures de l’Assemblée Parlementaire de l’Union pour la Méditerranée, lors des travaux de la réunion du bureau élargi de l’Assemblée parlementaire de l’Union pour la Méditerranée.

Cité par un communiqué de la chambre des représentants, M. Atmoun a plaidé pour la promotion du processus de construction euro-méditerranéen à travers une approche visant à établir des liens culturels plus forts dans l’espace euro-méditerranéen capables de stimuler le développement commun, en particulier dans les domaines de la paix et de la sécurité, le changement climatique, le développement durable et la préservation de l’environnement dans la région méditerranéenne tout en assurant la participation effective des peuples de la région à travers des projets concrets au profit de ces peuples.

>>Lire aussi : Processus de paix au Moyen Orient : L’UE et la Ligue arabe ont  »une convergence complète des objectifs »


D’autre part, il a souligné la nécessité de reconnaître la gravité de la situation et les menaces terroristes croissantes, d’entreprendre des efforts concertés dans le cadre d’une approche participative et préventive face à l’extrémisme et au terrorisme là où ils se trouvent, et de s’engager pleinement dans l’effort international contre ce fléau pour renforcer la sécurité et développer un ensemble de stratégies nationales intégrées capables de dissiper les illusions véhiculées par les idéologies extrémistes tout en maintenant la conviction que ce fléau mondial ne devrait pas être lié à une religion, ou une civilisation ou culture particulière.

L’Assemblée parlementaire de l’Union pour la Méditerranée a besoin d’un Secrétariat permanent dans l’immédiat, chose qui demeure une priorité devant contribuer à aider dans le règlement des problèmes fondamentaux de l’Union méditerranéenne tels que la sécurité, la paix et la stabilité en méditerranée, de même que le développement durable et d’autres questions qui impactent négativement la méditerranée et qui nécessitent plus d’efforts de la part des gouvernements et des parlements méditerranéens, a-t-il ajouté. Ont pris part à cette réunion, notamment le président du Parlement égyptien et Président de l’Assemblée parlementaire de l’Union pour la Méditerranée, Ali Abdel- Al Sayed Ahmed, et le vice-président du Parlement européen, David-Maria Sassoli, ainsi que d’autres personnalités.