Dieselgate: Mitsubishi Motors affirme n’avoir jamais commis de fraude

Mitsubishi Motors

La société japonaise de construction automobile Mitsubishi Motors a indiqué, jeudi, qu'”aucune fraude” n’a été commise de sa part sur les niveaux de pollution de ses moteurs diesel.

Aucun des moteurs fabriqués par Mitsubishi Motors n’est équipé d’un +logiciel truqué+“, pour fausser le niveau de leurs émissions d’oxyde d’azote (NOx) lors de tests, a affirmé le groupe dans un communiqué, neuf jours après avoir été perquisitionné en Allemagne dans la fameuse affaire du Dieselgate.

Le parquet de Francfort (ouest de l’Allemagne) avait en effet procédé, le 21 janvier, à une série de perquisitions sur plusieurs sites du pays, notamment sur Mitsubishi Motors et ses moteurs diesel 1,6 et 2,2 litres certifiés selon les normes EURO 5b et 6b.

→ Lire aussi : Dieselgate : des perquisitions dans des locaux de Mitsubishi Motors en Allemagne

Mitsubishi Motors avait mené une enquête interne dont les premières conclusions ont poussé le groupe à annoncer dans un communiqué qu’il n’y a “aucune raison de croire qu’il y a eu une quelconque fraude comme le soupçonne le parquet de Francfort“.


Le groupe a précisé qu’il poursuivait son enquête interne et continuait de “coopérer entièrement” avec les enquêteurs en Allemagne. Connu sous le nom de Dieselgate, l’affaire des moteurs diesel falsifiés a éclos en 2015, suite aux aveux de Volkswagen qui a révélé avoir équipé 11 millions de véhicules de logiciels capables de fausser, lors des tests, le niveau de leurs émissions polluantes.