Disparition à Paris de Abdelwahab Dadi, banquier, mécène et homme de culture

Abdelawahab Dadi

Abdelwahab Dadi, cadre dirigeant du Groupe Banque populaire à Paris vient de décéder, laissant dans une grande peine sa famille, ses amis de la banque et ses clients. Banquier, mécène, il a été également un amoureux des arts et des cultures.

Nous publions ci-dessous le témoignage d’un très proche à lui qui exprime entre autres l’immense et intense émotion provoquée par sa disparition. De la même manière, nous rendons hommage à son épouse Hakima Dadi, exemple de dévouement et de courage qui, pendant des années, l’a accompagné dans ses souffrances, soigné et soutenu de toutes ses forces.  

« Cher Si Abdelwahab,

Tu nous as quittés le premier jour saint d’un mois saint, à une heure ponctuelle (comme tu l’étais), celle du milieu exact de la journée, comme pour nous annoncer le juste équilibre, la partition parfaite que tu nous as jouée avant de tirer ta révérence, paisiblement et avec l’élégance qui te caractérise. Les grands hommes se font tellement rares. Tu as été, et demeureras à jamais un homme grandiose, un seigneur, une personne rayonnante et merveilleuse. Tu as porté si magnifiquement tes rôles d’homme, de fils, de frère, de mari, de cousin, de neveu, d’oncle, de père ou encore de papy.

Au-delà de ta culture extraordinaire, tes connaissances, ton expérience, ton éloquence, ton charisme, ta finesse, ta poésie, ta virtuosité artistique, ton sens de la chaleur humaine, ton immense générosité, tu as transmis à ta famille et tes proches des valeurs de droiture, de respect, d’amour et de courage. Car ton courage, surnaturel ou miraculeux, est une leçon de vie. Tu es et resteras une leçon magistrale de vie. Tu as été si souriant à la vie. Avec celle fabuleuse que tu as menée, nous pouvons raconter les plus belles histoires, écrire les plus beaux romans, adapter les meilleures oeuvres cinématographiques. La vie que tu as offerte à tes proches a été et demeure la « maison du bonheur », sur laquelle trônera toujours une « bonne étoile ». Tu aimais profondément les gens et les gens t’aimaient sincèrement. Tu as fait le bien, sans toujours t’en rendre compte, naturellement, du fond du coeur, avec tact, sans compter, avec humour et bonne humeur. Tu distribuais les bons points ou encore les saluts militaires, alors que tu es celui qui mérite les meilleurs honneurs. Car tu étais un homme d’honneur. Tu nous quittes en laissant derrière toi un amour colossal, qui ne s’éteindra jamais.


Merci pour tout ce que tu as fait pour nous, c’est inouï et inestimable. Que Dieu abrite ta belle âme lumineuse pour toujours en son Saint Paradis. Nous savons que tu es soulagé, apaisé, fier et heureux, en compagnie de tous les êtres aimés qui ont fait le pas avant toi, et que tu as vu partir avec un émoi profond. Tu seras toujours avec nous, dans notre coeur, dans nos pensées, dans nos actes, dans notre courage, dans notre bienveillance, dans notre humour, dans notre éternité. »

A Dieu nous sommes , à Lui nous retournons