Disparition de Sala: la famille du footballeur lance des recherches privées

Emiliano Sala

La famille du joueur de Cardiff City, Emiliano Sala, dont l’avion a disparu lundi soir au-dessus des côtes britanniques, a lancé samedi des recherches privées dans l’espoir de “résoudre le mystère de cette disparition”, indique la presse britannique.

Les nouvelles opérations de recherche ont été lancées par la famille du joueur argentin, après que les gardes côtes britanniques ont décidé de suspendre la recherche de Sala et de son pilote, jugeant “infimes” les chances de les retrouver vivants, indique le tabloïd britannique “The Sun”.

Le journal précise que les recherches, initiées par la famille de Sala, sont menées grâce à une collecte de fonds sur une cagnotte en ligne.

“Deux bateaux mènent les opérations” de la recherche, peut-on lire sur la page web de la collecte. “L’appel de fonds lancé vendredi en fin d’après-midi a permis aux proches d’Emiliano Sala, via un organisme spécialisé, de reprendre les recherches dans la Manche tôt ce samedi matin”, précise-t-on.

→ Lire aussi : Espagne: Ronaldo condamné à une amende de 18,8 millions d’euros pour fraude fiscale


La collecte de fonds avait mobilisé plus de 1.940 personnes samedi à 14h45 GMT, réunissant plus de 182.000 euros, tandis qu’une enquête a été ouverte vendredi pour savoir si le pilote qui transportait Emiliano Sala à Cardiff agissait légalement dans le respect des exigences de son permis.

David Ibbotson, pilote de l’avion disparu était titulaire d’un certificat privé de pilotage privé, selon le registre de l’agence fédérale de l’aviation américaine (FAA), qui ne l’autorise pas à transporter des passagers sur un vol rémunéré.

“Nous examinons tous les aspects opérationnels du vol, y compris les licences. Dans le cadre de l’enquête, nous voudrons établir si le vol était une opération privée ou commerciale”, avait affirmé un porte-parole de la Direction des enquêtes sur les accidents aériens.

Le pilote de l’avion disparu a obtenu sa licence en 2014 aux États-Unis, où la loi stipule que les pilotes ne peuvent pas faire de profit en transportant des passagers et que la seule rémunération autorisée est de couvrir les coûts de base tels que le carburant et les frais.