A LA UNEEnseignement et éducation

« Douars en vie » : Le centre informatique « Cap Digital » ouvre ses portes aux jeunes de Tassoultante à Marrakech

Le Centre Informatique « Cap Digital », qui s’inscrit dans le cadre du projet pilote du « Douar en vie » au douar Sraghna relevant de la commune de Tassoultante à Marrakech, a pu récemment ouvrir ses portes aux jeunes et aux étudiants bénéficiaires.

Ainsi, pas moins de quarante élèves se sont inscrits dès la première semaine aux cours d’informatique assurés par deux ingénieurs bénévoles dudit Centre, soutenu par Cap Gemini Maroc et équipé d’une dizaine d’ordinateurs, selon un communiqué de l’association Mekkil’, qui œuvre pour la protection de la mère et de l’enfant dans le monde rural.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

« Cap Digital » offre, désormais, une connexion aux élèves pour suivre les cours à distance, l’un des problèmes majeurs auxquels doivent faire face de nombreux jeunes en zone rurale durant la pandémie du Covid-19, précise la même source. Ce dispositif, poursuit l’Association Mekkil, fait suite à l’opération « Recharges E-learning » by Orange Maroc qui, dès Avril 2020 avait fourni plus de 1.000 recharges data-phone à l’Association MekkiL’ pour permettre aux jeunes de la commune de Tassoultante de poursuivre leurs études en plein confinement.

Orange Maroc vient de renouveler son soutien en fournissant de nouvelles recharges E-learning. Ainsi, les 150 jeunes bénéficiaires du projet resteront connectés durant toute la période de la pandémie, tient à expliquer la même source, rappelant que l’objectif est de lutter contre le décrochage scolaire dans le rural, un phénomène social alarmant avec un coût socioéconomique important pour l’ensemble de la société.

Parallèlement, l’ONG vient de lancer le Centre de Formation MekkiL’ (CFM) dont les cours hebdomadaires bénéficient à 208 jeunes élèves du village, mais également à plus d’une quarantaine de femmes.

Le programme offre des cours de rattrapage pour tous les niveaux scolaires : cours de français, d’informatique, d’alphabétisation, outre des sessions d’orientation pour préparer le post-bac. Prochainement, une psychologue s’adressera aux jeunes en difficulté.

Dans ce cadre, le Centre préscolaire Fath accueille désormais tous les enfants du village, soit deux classes de 50 enfants, grâce à la prise en charge par MekkiL’ des institutrices qui vont bénéficier d’une formation spécifique, lit-on dans le communiqué. Par ailleurs, MekkiL’ vient de signer un accord de partenariat avec l’Institut Français de Marrakech (IFM) pour prendre en charge des sessions de français au profit des institutrices. Les activités culturelles de l’IFM accueilleront prochainement des groupes de jeunes du Douar, afin d’éveiller leur curiosité, de développer de nouveaux centres d’intérêt, de détecter de nouveaux talents mais surtout, de leur permettre de sortir de leur quotidien et d’intégrer de nouveaux environnements.

Dans le même esprit, la Fondation Décathlon, partenaire stratégique de « Douars en vie », a d’ores et déjà commencé des stages de formation des jeunes dans ses magasins, poursuit la même source. Équipés de kits de maintenance et maitrisant les techniques d’entretiens, les 50 bénéficiaires des vélos B’Twin sont devenus totalement autonomes pour utiliser et remettre en état leurs vélos qui leur permettent de rejoindre leurs établissements scolaires parfois, à plusieurs dizaines de kilomètres de leur domicile.

Avec l’engagement de la Fondation Décathlon, ce sont tous les jeunes du douar qui vont bénéficier d’une pratique sportive qui va de parcours cyclistes quotidiens, aux terrains de sport et aires de jeux, etc.

Enfin, pour la première fois au Maroc, une entreprise, Décathlon, s’engage dans la lutte contre le gaspillage des produits jetés, invendus et légèrement défectueux. MekkiL’, rappelle-t-on, est la première ONG bénéficiaire de ces produits qui sont remis aux populations des zones froides et reculées de la Vallée de l’Ourika, aux jeunes des orphelinats de la région, aux maisons d’accueil de femmes enceintes ou encore aux jeunes des douars pour une meilleure pratique du sport. Ces produits, parfaitement utilisables, peuvent avoir une valeur considérable. Ainsi, en France, plus de 650 millions d’euros de produits non alimentaires neufs ou invendus sont jetés ou détruits chaque année.

Le projet pilote « Douars en vie », initié le 21 novembre dernier par l’Association MekkiL’, est un programme de cinq ans autour d’une dynamique globale de soutien aux populations vulnérables. Cinq thèmes : santé, éducation, épanouissement personnel, sport et environnement avec une attention particulière pour les enfants et les jeunes du village afin de leur fournir les acquis nécessaires à la préparation de leur avenir ainsi que pour les femmes pour encourager leur insertion sociale.

Avec MAP

Articles similaires

Laisser un commentaire

Bouton retour en haut de la page