Droits de douanes au Mexique: Trump “extrêmement sérieux”

Trump

Le chef de cabinet par intérim de la Maison Blanche, Mick Mulvaney, a affirmé dimanche que le président Donald Trump était “extrêmement sérieux” au sujet de sa menace d’imposer des droits de douanes de 5% sur tous les produits en provenance du Mexique si ce dernier n’agit pas sur les flux migratoires.

Il est absolument extrêmement sérieux“, a-t-il déclaré à la chaîne Fox News. “Je m’attends vraiment à ce que ces tarifs atteignent au moins le niveau de 5% le 10 juin“, a-t-il ajouté.

Donald Trump a annoncé jeudi qu’ils pourraient ensuite augmenter progressivement de cinq points de pourcentage chaque mois jusqu’à la limite de 25% en octobre, les Etats-Unis se réservant le droit de les retirer à leur “seule discrétion” en fonction des mesures prises par Mexico pour agir contre les flux des migrants clandestins.

→ Lire aussi : Trump annonce des tarifs douaniers sur tous les produits mexicains


2.500 personnes passent la frontière chaque jour, contre 700 il y a quelques années. Les nombres sont énormes, la situation est bien réelle et le président est déterminé à résoudre le problème“, a souligné M. Mulvaney, qui a appelé le Mexique à “sécuriser” sa frontière sud, traversée trop facilement selon l’administration Trump par les milliers de migrants du Honduras, du Salvador et du Guatemala en direction des Etats-Unis.

“Lorsque vous quittez un pays comme le Salvador, vous demandez normalement l’asile dans le premier pays sûr dans lequel vous arrivez. Le Mexique est un pays sûr, les gens devraient pouvoir y rester s’ils cherchent vraiment l’asile“, a-t-il indiqué.

M. Mulvaney a par ailleurs minimisé l’impact que ces droits de douane pourraient avoir sur l’économie américaine, assurant que “l’inflation (restait) sous contrôle“, ajoutant qu’ils ne remettaient pas en cause le nouvel accord de libre-échange nord-américain AEUMC (accord Etats-Unis, Mexique, Canada), dont la procédure de ratification a été lancée cette semaine même par les gouvernements des trois pays: “C’est une question d’immigration, les deux sont séparés“.