Egalité des genres : IFC, ONU Femmes et la BVC se mobilisent ‎

À l’occasion de la Journée Internationale des Droits des Femmes, la Société ‎Financière Internationale (IFC), membre du Groupe de la Banque mondiale, ONU ‎Femmes, l’entité des Nations Unies pour l’égalité entre les sexes et ‎l’autonomisation des femmes, et la Bourse de Casablanca (BVC), ont pris part, aux côtés ‎de 99 autres Bourses à travers le monde, à la 7ème édition de l’initiative « Ring the ‎Bell for Gender Equality » qui vise à promouvoir la participation des femmes en ‎entreprise. ‎

L’événement intervient cette année à un moment critique et alors que les ‎conséquences économiques et sociales de la pandémie de Covid-19 touchent les ‎femmes de manière disproportionnée. Les femmes sont en effet surreprésentées dans ‎les secteurs les plus touchés par la crise comme l’agro-industrie, le tourisme, et ‎l’industrie manufacturière, et ont été les premières victimes des licenciements et des ‎faillites d’entreprises.‎ La récente analyse du Haut-Commissariat au Plan (HCP) sur la situation économique, ‎sociale et psychologique des ménages (février 2021), a mis en relief l’impact ‎différencié sur les femmes, qui ont été plus durement affectées, que soit en termes de ‎maintien des revenus, d’accès aux aides de l’Etat, aux soins ou à l’éducation. ‎

IFC travaille avec le secteur privé et les partenaires internationaux du développement ‎pour éviter que les écarts entre les sexes, accentués par la pandémie, ne se creusent ‎davantage.‎
Au niveau mondial, IFC participe à hauteur de 8 milliards de dollars à un programme ‎de sauvegarde des emplois, et contribue à hauteur de 4 milliards de dollars à la mise ‎en place d’une plateforme mondiale pour la santé. En outre, IFC fournit des conseils ‎aux sociétés pour favoriser une réponse à la crise et une relance économique ‎équitables, et donne la priorité, dans ses propres investissements, à la parité hommes-‎femmes « La diversité des genres dans le monde du travail, en particulier parmi les ‎cadres et dans les postes de direction, est un levier de performance pour les ‎entreprises », a déclaré Xavier Reille, directeur d’IFC pour le Maroc, la Tunisie et ‎l’Algérie. « Les femmes représentent un formidable vivier de talents, de compétences ‎et de créativité que l’on ne peut plus ignorer, particulièrement en ces temps de ‎relance de nos économies, durement touchées par la pandémie de COVID-19. » ‎

Pour sa part, Tarik Senhaji, Directeur Général de la Bourse de Casablanca a relevé ‎que « Dans le contexte actuel de la relance économique, la parité hommes-femmes ‎est une nécessité première et ce, que ce soit dans l’accès au financement ou dans ‎l’accès à des postes de management et de leadership au sein de l’entreprise. À la ‎Bourse de Casablanca, nous avons encouragé la parité des genres. D’ailleurs, les ‎femmes représentent 51% de notre effectif et occupent 33% des postes managériaux ‎‎». ‎

Cette année, l’événement a été suivi d’un webinaire sur le thème « Le leadership des ‎femmes : un facteur de croissance économique important pour le Maroc » et qui a ‎réuni Leila Rhiwi, Représentante d’ONU Femmes au Maroc, Meriem Zairi, Présidente ‎de la Commission Startups et la Transformation Digitale de la CGEM, Amina ‎Figuigui, Présidente de Club de Femmes Administrateurs Maroc et Abderrahmane ‎Semmar, Directeur des Entreprises Publiques et de la Privatisation au ministère de ‎l’Économie, des Finances et de la Réforme de l’Administration. ‎


‎« Les inégalités entre les sexes et la persistance de l’exclusion des femmes du marché ‎du travail coûtent cher à l’économie marocaine. Les résultats de l’étude « Coûts ‎économiques des inégalités de genre dans le marché du travail au Maroc » nous ‎permettent d’estimer ce coût et conforte l’idée qu’il peut et doit être réduit grâce à ‎des politiques macroéconomiques favorisant la participation économique des ‎femmes » a ainsi déclaré Rhiwi. ‎

Le travail de l’ONU Femmes est guidé par les principes d’autonomisation des femmes ‎‎(WEP) qui offrent un cadre intégré et proposent des solutions pour promouvoir ‎l’égalité de genre et la participation des femmes à tous les niveaux, que ce soit sur le ‎lieu de travail, le marché et au sein de la communauté. Un nombre croissant ‎d’entreprises a rejoint le réseau des principes d’autonomisation des femmes des ‎Nations Unies au cours de l’année passée. Au Maroc, sept entreprises y ont adhéré. ‎Ring the Bell for Gender Equality est une initiative mondiale et le fruit d’un ‎partenariat entre IFC, ONU Femmes, le Pacte Mondial des Nations Unies, Women in ‎ETFs, l’Initiative des Bourses Durables (SSE) et la Fédération mondiale des Bourses ‎‎(WFE).‎