Elections présidentielles au Congo: Internet coupé pour la deuxième journée

Congo

Le gouvernement de la République démocratique du Congo a interrompu mardi pour la deuxième journée consécutive les connexions Internet et les services SMS à travers le pays alors que le pays attendait nerveusement les résultats de l’élection présidentielle du week-end.

L’opposition et la coalition au pouvoir ont déclaré lundi qu’elles étaient sur le point de gagner après une journée électorale tumultueuse durant laquelle de nombreux Congolais n’ont pas pu voter en raison d’une épidémie d’Ebola, de conflits et de problèmes logistiques.

Barnabe Kikaya bin Karubi, un conseiller principal du président Joseph Kabila, a déclaré que les services Internet et SMS étaient coupés pour préserver l’ordre public après que des “résultats fictifs” aient commencé à circuler sur les médias sociaux.

“Cela pourrait nous mener directement au chaos”, a déclaré Kikaya à Reuters, ajoutant que les connexions resteraient coupées jusqu’à la publication des résultats complets le 6 janvier.

Le signal envoyé à Radio France Internationale (RFI), l’une des sources d’information les plus populaires au Congo, était également en panne, et le gouvernement a retiré lundi l’accréditation du principal correspondant (Florence Morice) de RFI dans le pays pour avoir diffusé des résultats non officiels de l’opposition.


Les différentes initiatives reflétaient les tensions élevées au Congo, où les élections, longtemps retardées, devaient choisir un successeur à Kabila, qui devrait se retirer le mois prochain après 18 ans de pouvoir, deux ans après la fin officielle de son mandat.

Le Congo n’a jamais connu de transfert de pouvoir démocratique et toute issue controversée pourrait entraîner une répétition de la violence qui a suivi les élections de 2006 et 2011 et une dégradation de la sécurité dans ses provinces instables de l’Est.

L’opposition affirme que les élections ont été entachées de fraudes et accuse Kabila d’avoir planifié de régner par son candidat préféré, l’ancien ministre de l’Intérieur, Emmanuel Ramazani Shadary.

Les rapports internes de l’ONU, vus par Reuters, ont fait état d’allégations d’irrégularités à travers le pays. Dans certaines parties de la province du Nord-Kivu, dans l’est du Congo, par exemple, des combattants de la milice auraient forcé les électeurs à sélectionner des candidats de la coalition au pouvoir, ont-ils déclaré.


À d’autres endroits, les Nations Unies ont reçu des informations selon lesquelles les forces de sécurité intimidaient les électeurs afin qu’ils choisissent les candidats à la coalition au pouvoir.

→ Lire aussi : L’opposition congolaise crie au scandale à propos des machines de votes activées par le web

Le gouvernement et la commission électorale nationale (CENI) ont déclaré que les élections avaient été justes et que tous les problèmes étaient mineurs.

 Peur de la violence

Dans la ville de Goma, à l’est du pays, les habitants étaient nerveux dans l’attente des résultats.


“Si la publication des résultats des votes de la présidence ne reflètent pas la vérité, des ennuis vont éclater dans toute la ville”, a déclaré Fabrice Shweka, un résident de Goma.

Les premiers résultats partiels étaient initialement attendus mardi, mais le porte-parole de la CENI, Jean-Pierre Kalamba, a déclaré qu’ils ne seraient pas prêts avant vendredi.

“Nous ne voulons pas dévoiler trop de tendances électorales (avant le 6 janvier) car nous n’avons pas dans notre pays une population qui a la même compréhension (des pratiques électorales qu’en Europe)”, a-t-il déclaré à Reuters.

Dans une déclaration tardive, lundi, les ambassades du Royaume-Uni, des États-Unis et de plusieurs autres pays européens au Congo ont appelé au calme et ont exhorté le gouvernement à rétablir l’accès à Internet.


Lors du scrutin de dimanche, Shadary a affronté les deux principaux adversaires de l’opposition, Felix Tshisekedi et Martin Fayulu, tous deux sondés avant le vote.

Fayulu s’est plaint lundi, dans un communiqué, d’irrégularités lors du vote de dimanche, mais s’est dit encouragé par la détermination des Congolais à voter malgré les longues files d’attente et les machines à voter en panne.

“J’appelle à la vigilance générale et à la mobilisation générale de tous les Congolais afin que la vérité des urnes, seul témoin de la volonté du peuple congolais, puisse récompenser ses efforts et ses sacrifices”, a-t-il déclaré.

Pour rappel, les trois prétendants qui se disputent la présidence du Congo sont le dauphin et candidat du pouvoir Emmanuel Ramazani Shadary, et les deux opposants Félix Tshisekedi et Martin Fayulu.


Abdellah Chbani avec Reuters