Emirates dans le rouge pour la première fois en trente ans

Emirates

Emirates, le fleuron aéronautique de Dubaï, a annoncé jeudi ses premières pertes semestrielles en trois décennies, sous l’effet de la pandémie de Covid-19 qui a quasiment paralysé le transport aérien.

En six mois, la compagnie a perdu 3,4 milliards de dollars (environ 2,9 milliards d’euros), indique un communiqué détaillant ses résultats.

“En raison de cette situation sans précédent pour l’industrie de l’aviation et du voyage, le groupe Emirates a enregistré une perte semestrielle pour la première fois en plus de 30 ans”, a déclaré dans le communiqué le président de la compagnie aérienne, cheikh Ahmed ben Saïd Al-Maktoum.

Par comparaison, Emirates avait enregistré des bénéfices de 235 millions de dollars (environ 200 milliards d’euros) pendant la même période en 2019, selon le communiqué.

Fondée en 1985, la compagnie n’avait pas perdu d’argent depuis 1987/88, selon une porte-parole d’Emirates.


Le chiffre d’affaires pour le premier semestre de cette année s’est établi à 3,2 milliards de dollars (2,7 milliards d’euros) en baisse de 75% par rapport à la même période de 2019.

Sur cette période de six mois se terminant en septembre, Emirates n’a transporté que 1,5 million de passagers, soit une baisse de 95% par rapport à la même période l’année dernière.

Le transporteur a déclaré que ses résultats avaient été soutenus par une “forte activité de fret”. Il a précisé avoir redéployé sa flotte pour répondre aux besoins d’approvisionnement du monde entier, y compris en matériel médical.

“Le trafic de passagers ayant disparu, Emirates et Dnata (sa branche des services aériens) ont redéployé leurs moyens pour répondre à la demande de fret et à d’autres opportunités”, a déclaré cheikh Ahmed.


“Cela nous a permis de faire passer nos revenus de zéro à 26% de ce qu’ils étaient à la même époque l’année dernière”, a-t-il précisé.

La plus grande compagnie du Moyen-Orient, qui exploite une flotte de 270 gros-porteurs, avait interrompu ses activités fin mars en raison du Covid-19.

( Avec AFP )