ban600

Enfants addicts au virtuel : quelle génération future pour le Maroc ?

Enfants addicts au virtuel : quelle génération future pour le Maroc ?

Dossier du mois

Ali JIAR: Maire adjoint au développement économique et Numérique à Sevran (Ile de France), membre du comité stratégique numérique du Grand Paris

Le numérique, une formidable opportunité de développement

 Il est incontestable que le nu­mérique reste un vrai vecteur de développement et de crois­sance économique qui permettra au Maroc de rentrer en compéti­tion avec des grandes puissances historiques. Toutefois, le monde va à la vitesse de la lumière et les transformations numériques sont de plus en plus rapides. Face à ces mutations, le Royaume a d’énormes défis à relever pour ne pas rater le virage. Ali Jiar, membre du comité stratégique numérique du Grand Paris, maire-adjoint en charge du dé­veloppement économique, com­mercial et du numérique à la mairie de Sevran, nous explique l’impact des nouvelles technolo­gies sur les nouvelles générations et comment faire de ceux-ci des acteurs de changement surtout dans la transition du Maroc vers une économie développée.

  • MAROC DIPLOMATIQUE : L’omniprésence des nouvelles tech­nologies dans la vie de la « géné­ration connectée » est un vrai di­lemme. Quels sont, d’après vous, les défis que posent les NTIC à la socié­té marocaine ?

- Le Maroc est aujourd’hui dans le TOP 5 des pays champions d’Afrique en matière de développement nu­mérique, d’après le classement de l’Union Internationale des télécom­munications. Ceci démontre à la fois la position dominante du digital dans la société marocaine, en droite ligne avec le Plan Maroc Numérique 2020, mais également la nécessité d’ac­compagner cette transformation pro­fonde pour une meilleure utilisation des technologies notamment dans le domaine de l’éducation. En effet, le numérique représente, d’ores et déjà, une formidable opportunité de développement qui peut répondre au problème, à la fois mondial mais éga­lement local de la désertification des campagnes au niveau éducatif, médi­cal et économique.

  • Quels sont les dangers engen­drés par les nouvelles technologies mais aussi leur apport sur le déve­loppement ?

- Comme toute innovation révo­lutionnaire, cette transformation di­gitale de la société marocaine pose, bien sûr, la question du lien social, de l’isolement des enfants et ado­lescents accros à la technologie, du cyber harcèlement sur les réseaux sociaux qui fait ravage chez les plus jeunes avec des conséquences parfois désastreuses sur ces enfants. Gustave Flaubert ne disait-il pas de l’innova­tion qu’elle était « dangereuse » ? Ainsi, face à tous ces dangers, le Maroc doit-il suivre l’exemple fran­çais ou d’autres pays européens qui ont choisi d’encadrer l’utilisation des smartphones pour les plus jeunes et notamment de les interdire dans les enceintes scolaires ?

  • Quel est l’impact des nouvelles technologies sur les nouvelles géné­rations ?

- Depuis la création d’internet en 1969, aux États-Unis, son arrivée en Europe, en 1985, puis au Maroc, au début du 21ème siècle, les évolu­tions technologiques n’ont jamais cessé. Les événements historiques, les nouveautés techniques et les changements sociaux ont une forte influence sur les différentes généra­tions concernées par cette période particulièrement active. En, à peine, 15 ans, ces générations ont assis­té, pour chacune d’entre-elles, à la mutation de leur propre mode de fonctionnement et de valeurs. La génération des X, nés entre 1960 et le début des années 1980, de pa­rents qui étaient de la génération des baby-boomers n’est entrée en contact avec Internet qu’à l’âge adulte, c’est pourquoi on les nomme aussi les «im­migrants du numérique». Ils utilisent assidûment les possibilités offertes par le numérique, qui ne représente pas un but en soi mais plutôt un outil pour progresser. La génération des Y, nés entre la fin des années 1980 et la veille du nouveau millénaire est entrée en contact, dès l’enfance ou à l’adolescence, avec des smartphones et des tablettes, et a donc développé une utilisation intense d’Internet. Ils forment la première génération des «natifs du numérique». Les Y connaissent bien les potentialités du numérique mais également les dan­gers qui guettent la génération des Z. Cette génération née au tournant du millénaire est constamment connec­tée avec le monde d’Internet et n’a ja­mais connu autre chose. Les réseaux sociaux occupent une grande par­tie de son existence. C’est sur cette génération que réside de nombreux enjeux liés aux nouvelles technolo­gies, au niveau du lien social fragi­lisé car elle est toujours connectée, de la communication avec le langage « SMS » qui dégrade l’utilisation de la langue classique et enfin, car ces Z pratiqueront des métiers qui n’existent pas encore. Le numérique reste pourtant un formidable vecteur de développement et de croissance économique qui permettra au Maroc de rentrer en compétition avec des grandes puissances historiques.

  • Face aux transformations nu­mériques rapides, que doit faire le Maroc pour favoriser l’adaptation à la révolution technologique et ne pas rater le virage numérique ?

- Aujourd’hui, le métier le plus en tension dans le monde est le métier du développement informatique. Chaque année, le marché mondial recherche plus d’un million de déve­loppeurs aux Etats-Unis, au Canada, en Europe. Si le Maroc parvient à former une classe de développeurs experts autour des nouvelles tech­nologies et des défis que nous an­noncent l’intelligence artificielle et le BIG DATA , les ingénieurs maro­cains pourront se positionner comme une référence dans ce domaine des NTIC .

À propos de l'auteur:

Souad Mekkaoui

Souad Mekkaoui est la Directrice de la Rédaction de « Maroc diplomatique ». Une passion pour l’écriture et un irrésistible désir de communiquer. Auparavant professeur de langue française, écrivaine et aujourd’hui journaliste en charge de « Maroc diplomatique » dans ses versions écrite et numérique, Souad Mekkaoui, auteure de Plus forte que la souffrance et Femmes au purgatoire, elle est aussi une femme engagée avec sa plume contre les abus de tous genres, sociétaux et moraux. Son style s’inspire de l’impertinence, il nous livre en revanche une vision pertinente des choses, il questionne…

Articles qui peuvent vous intéresser

Laissez un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :