Enquête russe: Donald Trump exonéré par son ministre de la Justice

Enquête russe: Donald Trump exonéré par son ministre de la Justice

Le ministre américain de la justice William Bar, a affirmé jeudi à Washington, que le gouvernement russe a mené des actions visant à interférer dans les élections présidentielles de 2016, tout en écartant de nouveau toute collusion avec la campagne du président Trump.

"Après deux ans d'enquête, des milliers de citations à comparaître, et des centaines de mandats et de témoins interrogés, le procureur spécial Robert Mueller a confirmé que le gouvernement russe a mené des efforts pour interférer, de manière illégale, dans les élections présidentielles de 2016, mais n’a pas trouvé de collusion avec la campagne Trump ou d'autres Américains", a-til martelé dans une conférence de presse qu’il a conviée avant de soumettre au Congrès une version expurgée du rapport Mueller.

M. Barr a fait savoir que le procureur spécial et son équipe "ont enquêté sur un nombre de liens ou de contacts entre des responsables de la campagne Trump et des individus liés au gouvernement russe", mais n’ont trouvé aucune preuve de collusion.

"Après avoir examiné ces contacts, le procureur spécial n’a pas trouvé de conspiration pour violer la loi américaine impliquant des personnes liées à la Russie et toute personne associée avec la campagne Trump", a souligné le procureur général.

M. Barr a également confirmé que des organisation liées à la Russie, notamment l’Agence de recherche internet (IRA), ont déployé des efforts pour pirater les ordinateurs et dérober les e-mails du parti démocrate et de la campagne d’Hillary Clinton dans le but "d’éventuellement publier ces documents".

Toutefois, a-t-il noté, "le procureur spécial n’a trouvé aucune preuve que des Américains, y compris quiconque associé à la campagne Trump, a conspiré ou coordonné avec le gouvernement russe ou l’IRA pour mettre en œuvre ce complot illégale".

"En d’autres termes, le procureur spécial n’a trouvé aucune collusion entre un Américain et l’activité illégale d’IRA", a conclu M. Barr.

→ Lire aussi : Présidentielle 2020: Trump lève plus de 30 millions de dollars au 1er trimestre 2019

Immédiatement après cette conférence, Donald Trump a posté sur Twitter un poster inspiré de la série Game of Thrones avec les mots "Pas de collusion, pas d’obstruction (…) Game Over".

De leurs côtés, les chefs de file du clan démocrate, Nancy Pelosi et Chuck Schumer, ont vivement critiqué l'organisation de la conférence de presse par le procureur général avant la publication du rapport.

Dans un communiqué conjoint, la présidente de la Chambre des représentants et le leader de la minorité démocrate au sénat ont qualifié de "regrettable la gestion partisane du rapport Mueller par le procureur général", faisant remarquer que "sa lettre biaisée du 24 mars, son témoignage irresponsable devant le Congrès la semaine dernière, et son plan indéfendable de manipuler le rapport lors d’une conférence de presse des heures avant que le public ou le Congrès ne puissent le voir ont abouti à une crise de confiance sur son indépendance et son impartialité".

Après 22 mois d'enquête, le procureur Mueller a transmis le moins dernier un rapport de près de 400 pages au ministre de la Justice, qui a publié deux jours plus après un résumé contenant les principales conclusions.

Selon ce résumé, le procureur Mueller a conclu qu'il n'existait pas de preuve de collusion entre la Russie et le candidat républicain lors de la présidentielle de 2016.

Sur l'autre volet de l'enquête, celle d'une possible entrave à la justice, "si ce rapport ne conclut pas que le président ait commis un crime, il ne l'exonère pas non plus", selon le procureur spécial, cité par le ministre de la justice qui a, toutefois, affirmé que le document ne mentionnait aucun délit susceptible d'entraîner des poursuites judiciaires sur cette base.

La démarche de M. Barr a provoqué la colère des démocrates impatients de voir sortir au grand jour l'ensemble de l’enquête sur la conduite du président Trump et le rôle de la Russie durant la campagne présidentielle de 2016.

À propos de l'auteur:

Articles qui peuvent vous intéresser

Laissez un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :