Entretiens de M. Auajjar avec des présidents de commissions au Parlement italien

 Le ministre de la Justice Mohamed Auajjar s’est entretenu, lundi soir, avec des présidents de commissions au parlement italien des réalisations accomplies au Maroc en matière de réforme judiciaire, de politique migratoire et de lutte contre le terrorisme.

L’accent a été mis sur les réformes phares dans le domaine de la justice, particulièrement la consolidation de l’indépendance du pouvoir judiciaire et la garantie de l’indépendance du ministère public conformément à la Constitution de 2011.

Ces entrevues de M. Auajjar ont été tenues avec le président de la commission des droits de l’Homme au Sénat, Luidji Manconi, le président de commission de la Justice à la même Chambre, Nico Dakula, et la présidente de la commission de la justice Dontelle Firrante (Chambre des représentants).

Le ministre a notamment évoqué le projet de Code pénal stipulant des sanctions alternatives aux peines privatives de liberté et du projet de loi relatif au nouveau Code de procédure pénale qui prévoit des garanties du procès équitable. S’y ajoutent le projet de loi portant procédure civile qui vise à promouvoir l’efficience de l’appareil judiciaire et la réforme de la justice militaire.


Il a également mis en lumière l’expérience du Royaume dans la gestion des questions de migration, soulignant que le Maroc représente un pôle de stabilité et un pays de résidence pour les migrants et non plus un pays de transit.

Évoquant la stratégie marocaine en matière de lutte antiterroriste, il a affirmé qu’elle repose sur une approche globale fondée sur l’anticipation des risques, la prévention des diverses formes d’extrémisme et la diffusion des valeurs de tolérance et de modération qui sont celles de l’Islam.

M. Auajjar a en outre mis en évidence les initiatives visant l’encadrement religieux des membres de la communauté marocaine résidant à l’étranger, relevant que plusieurs pays mettent à profit l’expertise marocaine accumulée en la matière.

Pour sa part, le président de la commission de la justice a indiqué que le Maroc est en mesure d’assumer un rôle majeur dans le combat contre l’extrémisme à l’échelle du pourtour méditerranéen. A cet égard, Rome s’attache au renforcement de sa collaboration sécuritaire avec Rabat à travers l’échange d’informations entre services de sécurité des deux pays, a-t-il dit.


S’agissant du dossier migratoire, M. Dakula a fait savoir que son pays envisage prochainement de promouvoir davantage la coopération stratégique avec le Royaume en vue de trouver des solutions aux questions migratoires.

Il a fait part de la volonté de tirer profit de l’expérience marocaine réussie dans ce domaine, tout en relevant que la question de la migration incitera les deux parties à intensifier la coopération bilatérale.

Par ailleurs, la présidente de la Commission de justice à la Chambre des représentants et le président de la Commission des droits de l’Homme au Sénat ont salué les réformes en cours au Maroc, lesquelles ont permis au pays de rester à l’abri des crises qu’ont connus certains pays de la région ces dernières années.

Ils ont en outre exprimé la volonté de consolider la coopération avec Rabat, notamment en matière judiciaire et d’échange d’expériences et d’approfondir les concertations dans le cadre de l’espace méditerranéen.