Un ex-ministre éthiopien finaliste dans la course à la tête de l’OMS

L’ancien ministre éthiopien des Affaires étrangères, Tedros Adhanom, a été désigné mercredi parmi les trois candidats finalistes pour succéder à la Chinoise Margaret Chan à la tête de l’Organisation mondiale de la santé (OMS). M. Adhanom a franchi l’épreuve de la sélection préliminaire au sein du Conseil exécutif de l’agence onusienne basée à Genève, à l’instar du Dr David Nabarro (Royaume-Uni) et du Dr Sania Nishtar (Pakistan).

Chercheur de renommée sur le paludisme, l’ancien ministre éthiopien de la Santé ambitionne ainsi de devenir le premier africain à diriger l’OMS, dont le prochain directeur général sera nommé en mai par l’Assemblée mondiale de la santé.

Le Conseil exécutif de l’organisme onusien, réuni à Genève, a désigné trois prétendants dont les noms seront soumis aux 194 Etats membres lors de la prochaine assemblée. Deux autres candidats, l’ancien ministre français Philippe Douste-Blazy (64 ans) et l’Italienne Flavia Bustreo, ont été évincés de la course.

Le candidat britannique David Nabarro (67 ans), diplômé de médecine de l’université d’Oxford, exerce depuis 1999 des fonctions de responsabilité au sein de l’ONU et de l’OMS.


Seule femme sur la “short list”, la cardiologue pakistanaise Sania Nishtar, 53 ans, exerce depuis 2014 en tant que coprésidente de la la Commission de l’OMS chargée de la lutte contre l’obésité de l’enfant.

L’OMS a notamment pour mission de coordonner les réponses mondiales aux pandémies telles que Ebola et Zika, mais fixe également des normes pour les systèmes de santé nationaux.

L’actuelle directrice générale, Margaret Chan, avait été élue pour la première fois à ce poste en 2006 et elle terminera son second mandat le 20 juin 2017.